Mawlamyine, Myanmar

Mawlamyine l’imprononçable

Drapeau Myanmar
Myanmar
Jojo les Roux Roots
Clem les Roux Roots

ARTICLE RÉDIGÉ PAR JOJO  🖋

ARTICLE COMMENTÉ PAR CLEM
EN ITALIQUE ROUX  💬

Allez, salut !

Direction Mawlamyine 🚌 (n’essayez pas de le prononcer, vous n’y arriverez pas 🤓) : lors de notre réservation on nous a dit qu’on aurait un changement vers 6h30 du matin et qu’on aurait qu’à attendre 1/2 h le prochain bus 🕡.

On s’endort donc dans notre super bus ultra confort depuis le lac Inlee et à 4h du mat, biiimm, gros coup de frein, c’est bon on est arrivé ! Euh oui mais non : là on est au milieu de nulle part, on n’est pas dans une gare de bus 🤨. Ça sent l’arnaque à la birmane, on descend (après avoir essayé en vain d’expliquer au chauffeur que la gare n’est qu’à 2km et qu’il faut pas trop nous prendre pour des cons 😤), on prend nos sacs et comme par hasard un tuk-tuk est là pour nous emmener à la gare (pigeons bonjour 🐦), que le bus lui-même vient de dépasser ! J’envoie bouler le tuk-tuk man qui veut nous faire payer (les autres passagers se rebiffent aussi, la révolution est en marche), rien à faire le prochain bus est dans 2 heures donc on y va en marchant (na🖕🏻!).

On trouve la gare, c’est hyper glauque et sale 🤢. Notre agence est fermée évidemment, on patiente donc jusqu’à l’ouverture. On prend un petit-déj ☕️ puis le bus arrive enfin c’est reparti. Le trajet est un peu long et beaucoup moins confort (bus local birman oblige), on arrive finalement à Mawlamyine sur le coup des 15h, notre hôtel est juste à coté de la gare, impeccable.

D'où l'utilité du sachet de médocs caca mou

On y passe la fin de la journée et comme on a déjeuné tard Clem n’a pas faim (incroyable), je suis donc le seul à dîner dans le boui-boui du bord de la route 🥢 – on s’en fout vous me direz mais c’est un détail qui a toute son importance pour la suite (ça c’est sûr mouhaha 😈).

Le lendemain, je suis malade 🤒… et oui le diner d’hier n’est pas passé (surpriiiiiiise) ! Bref je vous passe les détails mais j’ai bien pu étudier l’architecture des toilettes durant cette journée 💩 (et combien y a-t-il de petits carreaux au mur s’il te plaît ?). On fera quand même une sortie dans un centre commercial histoire de s’aérer – ahahah trop drôle la blague olfactive 🤣 (question de survie).

Le lendemain, je suis malade 🤒… et oui le diner d’hier n’est pas passé (surpriiiiiiise) ! Bref je vous passe les détails mais j’ai bien pu étudier l’architecture des toilettes durant cette journée 💩 (et combien y a-t-il de petits carreaux au mur s’il te plaît ?). On fera quand même une sortie dans un centre commercial histoire de s’aérer – ahahah trop drôle la blague olfactive 🤣 (question de survie).

Médicaments tour du monde
Big Bouddha, nous voilà !

Aujourd’hui ça va mieux, on loue un scoot 🛵 et direction l’un des plus grands bouddhas couchés du monde. Oui, Mawlamyine est célèbre pour cela ! C’est d’ailleurs un projet faramineux, le bouddha est immense et mesure plus de 180 mètres de long, on peut même rentrer à l’intérieur 😲. On y trouve toute l’histoire de la vie de bouddha sur 5 niveaux (chantier inachevé, on n’y comprend pas grand chose, un vrai labyrinthe). Et en face de celui-ci, qui n’est d’ailleurs pas complétement fini, un autre bouddha couché est en construction 🏗, c’est du délire. Bon franchement je ne pense pas que le projet aboutira un jour, tout semble à l’abandon, seulement 2 ou 3 ouvriers bricolent dessus 👷‍♂️.

Mawlamyine, Myanmar
Mawlamyine, Myanmar
Mawlamyine, Myanmar
Mawlamyine, Myanmar

Après cette petite visite, on décide de monter en haut de la montagne pour visiter une petite pagode et avoir une vue sur le bouddha. La pente étant raide et Clem ayant surtout abusé des petits gâteaux (haha 😑), on abandonne le scoot avant le sommet pour finir à pied. On a une superbe vue, il y a dégun, on a un peu la flemme d’enlever nos pompes 👟, du coup on y va discrétos 🤫 et on prend les photos (oui on sait c’est pas bien). Deux minutes plus tard un moine débarque et on se fait engueuler pour les chaussures, bon désolé c’est vrai c’est pas cool 🤭, on obéit et on finit la visite.

Allez, on redescend fissa car le temps est menaçant. Une petite pause au bouddha en construction, clic clac kodak la photo 📸 et on se remet en selle car quelques gouttes commencent à tomber. Trente secondes plus tard c’est le déluge, tous aux abris ⛈ ! On décide de reprendre le scoot une fois le plus gros passé pour retourner à l’hôtel se changer, on est trempé 💦.

Mawlamyine, Myanmar
Mawlamyine, Myanmar
Petit tour de l'île et puis s'en va

L’après-midi on profite d’avoir le scoot pour aller explorer une île pas très loin. Notre proprio nous donne plein d’adresses (là où on fabrique les élastiques en caoutchouc et autres artisans). Bon, à part les élastiques on ne trouvera pas grand chose : en fait il faut rentrer chez les gens et c’est pas vraiment notre style de taper l’incruste 😳. La balade en moto est tout de même fort sympathique. Je crois que mon désordre intestinal n’est pas encore passé et en fin d’après midi je commence à fatiguer (y’a la taupe qui pointe le bout de son nez 😂 !).

Mawlamyine, Myanmar

Pour finir la journée on grimpe jusqu’à une pagode proche de l’hôtel pour observer le coucher de soleil 🌇. C’est notre dernier soir au Myanmar, je ne suis pas trop dans mon assiette mais le spectacle vaut le coup d’œil (le bobsleigh est toujours coincé dans le virage on dirait 💩).

Demain on repasse à nouveau la frontière Myanmar-Thaïlande pour prendre notre avion pour le Népal ✈️ (eh oui c’était trop cher au départ de Yangon 💸). 

Guesthouse 😴 :
Pinlon Pann Motel : 3 dodos

Du 9 au 11 mars 2018

Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar

De Kalaw au Lac Inle : 3 jours de trek

Clem les Roux Roots
Jojo les Roux Roots

ARTICLE RÉDIGÉ PAR CLEM  🖋

ARTICLE COMMENTÉ PAR JOJO
EN ITALIQUE ROUX  💬

Note de Clem : L’article qui suit est… long. Bon courage pour la lecture 🤓. 

LE VILLAGE DE KALAW

Tonton sam on compte sur toi !

Départ sur les chapeaux de roues depuis Mandalay : la réceptionniste vient nous prévenir en plein petit-déj que le minivan nous attend, maintenant ⏰ ! Merci de nous avoir dit que le pick-up était une demi-heure avant l’heure annoncée 😠… On avale nos toasts, on fait nos sacs aussi vite qu’on peut et hop on saute dans le minivan.

Après un trajet bien sinueux (route de montagne oblige 🤮), on arrive au village de Kalaw où l’on part directement se renseigner sur les agences de trek, après avoir déposé nos bagages à la guesthouse. En effet au Myanmar le trek du village de Kalaw jusqu’au Lac Inle est assez réputé. Il peut se faire en deux jours ou en trois jours, et nous souhaitions opter pour l’option de 3 jours afin de traverser plusieurs villages et de bien profiter des paysages (Into the wild 2 📹). La première agence (qui doit être sponsorisée Tripadvisor car le logo est partout !) nous paraît pas trop mal mais on n’a pu discuter avec le boss seulement par téléphone 📞 et ce dernier ne nous a pas donné trop de détails sur l’itinéraire ni le déroulement. On va ensuite voir l’agence la plus connue, Uncle Sam 👴. L’un des employés nous fait une jolie présentation et niveau tarif on ne peut pas vraiment faire mieux 🤑. On décide qu’on fera le trek avec Tonton Sam dans un groupe de 4 si possible et on nous dit de revenir le lendemain en fin d’aprem pour confirmation. Parfait c’est noté ✅.

Gambling or not gambling

C’est l’heure de manger (le moment préféré de Clem), alors nous allons dîner à Emerald restaurant, un petit resto où il n’y a que des locaux. On y fait la rencontre d’un birman et de son oncle 🤝 : le neveu nous raconte qu’il fête ses 40 ans demain 🎂 et que pour l’occasion son patron  a organisé un teambuilding à la mer 🏖 (il bosse dans un centre de soin des éléphants 🐘). Il nous annonce que ce sera la première fois de sa vie qu’il verra la mer 😮, il est tout excité. Cela nous touche car on a tendance à oublier que beaucoup d’entre eux n’ont jamais vu la mer, n’ont jamais nagé ni vu de la neige etc. Il est hyper positif, il a toujours le sourire et met ses pouces en l’air comme un enfant 👍🏻, il nous demande aussi des conseils sur ce qu’on doit emmener à la mer car il ne sait pas… Il nous raconte aussi qu’avant il adorait les paris sportifs pour le foot ⚽️ et qu’il était le meilleur du village. Mais aujourd’hui il a arrêté car selon lui ce n’est pas une bonne chose de prendre de l’argent aux gens via les paris ☝🏼, alors maintenant c’est fini pour lui le gambling – au cas où vous ne saviez pas gambling c’est le fait de parier, on est au courant il nous l’a répété au moins 30 fois 🤪… (avouez que vous comprenez mieux le titre du paragraphe maintenant 😏). L’oncle ne parle pas beaucoup, il passe son temps à fumer le cigare birman 🚬 mais on sent qu’il a l’air sympathique aussi.

Après cette petite soirée on va se coucher à notre guesthouse (où l’on sent l’air frais des montagnes s’infiltrer, humm ça sent le trek 👃🏼).

Kalaw, Myanmar
le trio de choc

Le lendemain on a choisi de se reposer et de ne pas entamer tout de suite le trek de 3 jours, on veut être tout frais tout pimpant 💪🏼. Alors on visite Kalaw. On a de la chance car c’est le jour du grand marché ! Il y a du monde partout et on se fraye un chemin parmi les étalages à même le sol de légumes 🥒, poissons 🐟, viande en tout genre 🥩, épices 🌶, bétel, marchandises, thanaka etc. C’est très coloré (c’est très contrasté comme dirait Clem) !

Kalaw, Myanmar
Kalaw, Myanmar
Kalaw, Myanmar

Puis nous nous dirigeons vers un parc un peu excentré du centre-ville 🌳, on y fait un tour et on explore aussi un temple. On voit à Kalaw de bien grandes maisons pour les birmans nantis, et d’ailleurs elles sont bien protégées par murs et barbelés. Retour à Uncle Sam afin de confirmer notre groupe 📝. Pas de bol pour nous, le 4ème membre de notre groupe nous pose un lapin 🐰 ! Alors on décide de faire le trek à 3 quitte à payer un peu plus cher, au moins ce sera plus intime (45$ par personne tout compris 💰). Notre compère pour ce trek sera donc Vincent, un français avec qui on sympathise directement le soir même en retournant à l’Emerald restaurant pour boire quelques bières Myanmar (pour se la coller oui, à 0,80€ la pression 🍺…). Le trek s’annonce bien !

On rentre à l’hôtel pour faire un bon dodo car 3 jours de marche nous attendent !

Kalaw, Myanmar

trek kalaw – lac inle : jour 1 

6 h
20 km
1ère rencontre avec un buffalo

Juste avant le départ Tonton Sam en personne 👴 vient nous accueillir et nous souhaiter un bon trek, ça c’est de la com’ bien soignée 👌🏼.

Notre guide s’appelle Jordan, il a la vingtaine environ et il fait parti du peuple des Pa-O. Au Myanmar 🇲🇲 il y a différentes ethnies dont les Pa-O. On a eu un super contact avec lui tout au long du trek, il est adorable et surtout un très bon guide🕵️‍♂️. Il nous a fourni tout plein d’explications sur le peuple Pa-O, la vie au Myanmar, la nature.

La première journée on fait plus ample connaissance avec Vincent et Jordan tout en marchant à travers la forêt et les plantations entre autres d’ail et de salade jusqu’à ce qu’on croise à la sortie d’un sentier un buffle 🐃 (ou buffalo 🇬🇧). Notre premier buffalo du tour du monde 🤩 ! Je m’approche pour le photographier 📸(#jesuisunetouriste) et Jordan me met en garde ⛔ : les buffles ne sont pas habitués aux étrangers, ils perçoivent la différence d’odeur, de couleur de peau et d’aspect vestimentaire ce qui peut les effrayer et donc les pousser à charger. Ça me calme direct, je recule et abandonne même l’idée de faire la photo 😰 (dégonflée). Je ne savais pas encore que j’allais tomber amoureuse des buffalos ❤ (y a peut-être moins encombrant comme animal de compagnie). On continue la marche jusqu’à un superbe point de vue sur les montagnes où l’on déjeune : un repas de roi 👑 !

Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar

On poursuit la rando bien repus et on traverse un premier village où l’on rencontre deux paysans qui parlent un dialecte différent du birman 💬, propre à leur ethnie. Jordan échange quelques mots avec eux mais personnellement j’ai beaucoup de mal à entendre les différences 👂🏼. Dans ce village les habitants font sécher des grains de café sur le sol ☕️.

On papote en poursuivant la marche le long des rails de train 🛤 et l’on rencontre un autre groupe de trekkeurs dont un couple de français qui nous partage leurs aventures vécues au Népal 🇳🇵. On en profite pour se renseigner en vue de notre trek prévu dans les Annapurnas juste après le Myanmar (pas bête babette 🤪).

Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar
1ère nuit chez l'habitant

Nous passons de vallées en vallées et de buffles en buffles 🐃 jusqu’à arriver au village dans lequel on va passer la nuit, Taung Hla. Ce soir, comme les 2 prochains soirs, on dort chez l’habitant 💤 !

C’est Opportun (on imagine que ça s’écrit comme ça) qui nous accueille 🤝, pas très loquace le vieux monsieur car on n’aura pas entendu le son de sa voix mais qu’importe, il nous accueille et c’est ça qui compte 👍🏻. On dépose nos affaires dans une grande pièce où trois fins matelas sont disposés au sol. La salle est spacieuse et les « lits 🛏 » ont l’air confortables. Direction maintenant la « salle de bains » avant qu’il ne fasse nuit : un genre de puits et un seau. De toute façon on se doutait qu’on n’allait pas franchement se doucher 🚿 pendant le trek et pas question de se mettre à poil ou même en sous-vêtements car Opportun est juste à côté, génance 🤭. Du coup on se lave le visage, les bras et les pieds (c’est pas de trop pour Jojo 🤢) et hop on enfile nos vêtements de nuits 🌙.

Il fait faim (oui oui c’est toujours le moment préféré de Clem 😂) et on se demande si l’on va dîner avec la famille ou non 🤔, finalement on nous sert le repas dans notre grande pièce/chambre. On se doute que ce ne sera que nous, ce qui est aussi bien et on passe une super soirée avec Vincent. Le dîner est colossal, il y a à manger pour 5 ! Tout est délicieux mais je cale vite (genre…🤥), et comme on ne sait pas trop si cela est impoli de laisser des restes, on se « force » à tout finir (quelle punition !). C’est sûr on va bien dormir !

Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar
Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar
Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar

trek kalaw – lac inle : jour 2

7 h
25 km
Un jour, les buffalos domineront le monde

Grosse journée 😪, enfin en termes de km car nous avons essentiellement marché sur du plat. Une longue route plate dans une grande vallée, beaucoup moins intéressant que la veille et que les vallées traversées en début de journée. Mais cela reste agréable bien sûr et de toute façon on papote on papote, on est au top (#jecrisenversjesuisunepoete 🖋). Je commence quand même à avoir mal à un pied, je pense avoir une ampoule 💡, d’autant que nous n’avons pas très bien dormi pour diverses raisons : le « matelas » est très très très fin, les chiens ont fait la foire toute la nuit 🐕, j’avais l’impression qu’une meute entière se réunissait en concert 🎤, les p**** de coqs ont gueulé de 3h à 5h du mat’ 🐓. En tout cas, on a eu le droit à un petit-déj réparateur qui nous a bien calé, on a été encore une fois gâté 😍.

À un moment pendant la journée, au détour d’un virage, Jordan le guide me montre une famille de buffalo juste à côté. Papa, maman et bébé buffalo 🐃. À peine ai-je tourné la tête que Papa (ou Maman) buffalo commence à faire mine de charger 😱 ! Je saute me réfugier derrière Jordan (oui je le pousse littéralement face au buffle 🤫), j’ai eu trop peur (Clem a aussi oublié de dire qu’elle a crié comme un goret 🐖) ! À partir de ce jour, je me méfie totalement des buffalos même si je les adore ❤️.

Pour la pause-déjeuner, c’est moins bucolique qu’hier : au bord de la route dans un resto banal. Je me prends un coca et une guêpe vient se poser dessus 🐝. Je veux la chasser mais Jojo et Vincent me disent de la laisser et qu’elle va s’en aller. Elle tombe direct dans le trou, bien joué les gars 👏🏼 (à votre service m’dame 😎) !

L’après-midi on commence un peu à ronchonner car notre groupe rejoint un autre groupe d’une dizaine de personnes ayant 2 guides dont 1 guide stagiaire qui est un pote de Jordan. Du coup il l’accapare pour lui et en plus on se retrouve à marcher à la queue leu leu alors qu’on a quand même payé pour être 3 😠. On veut garder notre intimité !

D’ailleurs les membres de l’autre groupe nous expliquent que leur guide ne leur parle quasiment pas et leur fait faire des pauses tout le temps (hé Clem, pour les pauses tu peux peut-être aller avec l’autre groupe 🤣). On a eu de la chance de tomber sur Jordan ! Raison de plus pour nous le laisser, c’est notre guide ho 😤 !

Sur le chemin nous faisons un arrêt baignade à une rivière 💦, une famille est en train de s’y laver. On avoue avoir la flemme de se baigner habillé ou de se mettre en maillot 🙊 donc on reste à terre. Vincent saute de bon cœur dans l’eau ! Peut-être qu’on aurait du y aller après tout, ma foi 🤷🏻‍♀️… 

Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar
Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar
Cérémonie de noviciat à Pa-Tu

On rejoint le village Pa-Tu en fin d’après-midi pour notre 2ème et dernière nuit chez l’habitant 🌙. Jordan nous explique qu’a lieu actuellement une cérémonie pour les enfants qui deviennent moines ou nonnes le temps d’une semaine : c’est la cérémonie de noviciat  ✨. C’est un peu comme une sorte de service militaire. Tous les enfants birmans à partir de 7 ans 🧒(parfois à partir de 4 ou 5 ans) doivent passer au minimum 7 jours dans le monastère, ou plus s’ils le désirent. Aujourd’hui c’est le 3ème jour de cérémonie (3 jours en tout), tous les villageois des bourgs environnants se réunissent dans ce village afin de célébrer ceci (Wikipedia bonjour). Cependant la grosse teuf c’était surtout hier, aujourd’hui il y a beaucoup moins de monde mais cela nous permet malgré tout d’avoir un aperçu de la fête que ça a dû être  🎊.

À notre arrivée, une cinquantaine de birmans dansent autour du monastère dans lequel sont les enfants en formation moine 📜, Jordan nous invite à les suivre en file indienne et nous incite à danser 🕺🏻. Alors on regarde comment font les birmans, pas très compliqué il suffit en fait de bouger surtout les mains et les bras au rythme de la musique traditionnelle 🎶. On a l’impression d’être un peu ridicule mais ça ne dure pas longtemps ouf 😅.

Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar
C'est la fête au village !

On s’installe ensuite chez l’habitant, la famille est adorable et leurs bébés jumeaux 👶👶 s’amusent à nous ramener des canettes de bières fraîches 🍺 qu’ils vont chercher dans le congélo (bien joué minots !). Merci mais ça ira 😂. La chambre est grande et on a même une petite terrasse, sympa. On décide d’aller vite fait se doucher dans la salle de bain à l’extérieur : entendez par-là quatre bouts de tôle et un seau, hop c’est parti 🛀🏼 ! Pendant ce temps Vincent prend un cours de cuisine particulier en proposant d’aider la dame à préparer notre dîner 🔪. Oui car encore une fois on a eu un dîner digne d’un vrai festin de rois ! Ils préparent tout ça rien que pour nous, c’est dingue, on les remercie mais cette fois-ci on ne parvient pas à tout finir.

Après le repas, on s’aperçoit que Jordan est en train de jouer de la guitare 🎸. On décide de le rejoindre et on passe un moment à l’extérieur à 5 : Jojo, Vincent, Jordan et son pote Mimi qui est le guide stagiaire de l’autre groupe et moi. Jordan joue quelques morceaux mais s’empresse de passer la guitare à Vincent, qui est un musicien, alors ni d’une ni deux Vincent est ravi et nous joue un joli répertoire 🎵 ! L’ambiance est top, et Jordan nous fait tester l’alcool de riz birman (celui-ci ne vaut apparemment pas celui de son village à lui) et nous offre des chips. On est bien 👌🏼 !

Puis Jordan nous explique qu’il va y avoir une grosse party ce soir🎉  (toujours par rapport à la cérémonie de noviciat), le before est d’ailleurs juste à côté de la maison alors on s’y rend. En fait il n’y a qu’une dizaine de personnes qui dansent donc on les observe mais on ne sait pas trop quoi faire 🤭. Un birman et Jordan nous montrent à un moment une vidéo un peu folle. On ne se souvient plus de tout exactement mais en gros chaque année plein de villageois se rassemblent (sûrement pour fêter quelque chose) et font un concours de lance-roquettes 😱 ! Oui oui j’ai bien dit lance-roquettes… C’est à qui tirera le plus haut ! La vidéo en témoigne, une énorme roquette lancée dans le ciel…incroyable on n’en croit pas nos oreilles 😲 ! Du coup Jordan nous explique qu’ils doivent bien faire attention et se renseigner pour veiller à ce qu’un avion ne passe pas à ce moment (ah ben ça va les gars, tout est safe dans ce cas)… tu m’étonnes 🙄 !

On hallucine.

Finalement la fête se termine à cet endroit et continue plus loin, Jordan et son pote s’y rendent mais nous on préfère se coucher 😴, on doit encore se lever tôt demain, faut pas déconner !

Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar

trek kalaw – lac inle : jour 3

4 h
14 km
Le peuple Pa-O

Notre nuit s’est bien passée, on a dormi comme des bébés. Faut dire qu’on avait deux « matelas » cette fois-ci 😌.

Cette dernière journée se déroule tranquillement. Le matin commence par un essayage de la coiffe traditionnelle Pa-O dans une petite boutique le long de la route. Je revêts l’écharpe colorée sur la tête 🧣: la dame me la noue, c’est une technique très particulière. Je ne ressemble absolument à rien (mais non mais non 😈). Pourtant je trouve ça très joli sur les femmes Pa-O mais sur moi c’est abominable. Jojo quant à lui se fait installer sa serviette éponge Pa-O Superstar (c’est pas moi qui le dit c’est écrit sur la serviette 😎 !).

Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar

Instant culture n°1 💡:
La croyance chez les Pa-O est que leur Mère est le dragon 🐲, d’où la coiffe féminine qui fait penser à une tête de dragon, et leur Père est le sorcier 🧙🏻‍♂️. Pour les vêtements, les femmes portent une robe noire pour tenir chaud car les températures peuvent être très froides. Bon, personnellement en ce moment je crève de chaud 🔥. Ces messieurs ont droit à une tenue grave stylée : chemise blanche (ou noire mais je crois que c’est moins pur, on n’a pas tout saisi) pour les hommes avec un petit dragon brodé sur le cœur ❤️ + un pantalon bleu foncé trop cool + un sac en bandoulière avec le drapeau Pa-O dessus🚩 (Wikipedia franchement si j’étais toi je ferais gaffe, Clem file un mauvais coton 😬).

Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar
Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar
Bye bye Jordan

Nous poursuivons notre chemin après cet interlude vestimentaire 👕👗. On paye notre ticket d’entrée pour le Lac Inle 💵 et on se retrouve à nouveau sur une grande route, du coup au bout d’un moment Jordan nous fait monter dans un camion afin d’aller plus vite sur cette portion plutôt inintéressante 🚛. Il y a d’autres groupes avec nous dans le camion. Comme notre guide est un malin 🐰, il nous fait descendre en dernier, plus loin que le précédent groupe. On se retrouve donc à nouveau tous les 4 dans un petit sentier de terre rouge 😊. C’est super beau.

Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar
Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar

On arrive ensuite à un village près d’une rivière, on sent que le lac Inle se rapproche 🤩 ! C’est d’ailleurs notre pause déj. On se régale encore une fois puis Jordan nous indique un bateau dans lequel monter  🛶. On grimpe dedans et alors que le bateau s’apprête à partir, Jordan nous dit qu’il s’arrête là et que le bateau nous emmènera jusqu’au lac ! Wait, whaaat ? Mais on n’a pas eu le temps de dire au revoir 😭 ! Il nous l’a faite à l’envers le coquin, nous qui prévoyons de continuer à tchatcher, il nous a bien eu 🤥. On a quand même eu le temps d’échanger nos comptes facebook. On a vraiment passé un super trek grâce à Jordan, et on lui parle encore de temps en temps sur le net 😁.

Trek Kalaw Lac Inle, Myanmar
Lac Inle, nous voilà !

Bref, direction le lac Inle à bord de notre embarcation 🛶 ! On passe dans de petits canaux où il y a des jardins flottants, c’est très joli. Le bateau fait deux arrêts et l’on visite une fabrique de bijoux en argent – où j’achète une jolie bague 💍 tranquillement négociée à 10$ au lieu de 40$ (Clem experte en négoc’) et un atelier de tissage avec notamment une femme-girafe qui utilise le métier à tisser.

Instant culture n°2 💡:
Les femmes-girafes font partie de la minorité ethnique des Pa Daung. Les femmes de cette ethnie sont surnommées ainsi en raison des colliers qu’elles portent faisant ainsi penser aux longs cous des girafe 🦒. Il y a plusieurs hypothèses quant au port de ces colliers : protection contre les morsures de tigres 🐯/ rendre les femmes moins attrayantes aux yeux des autres tribus pour éviter le mariage en dehors de l’ethnie ou la prise en esclavage / pour ressembler au dragon 🐉. Des colliers portés par les femmes-girafes sont en exposition et on peut les soupeser. Ben ce qu’on peut vous dire c’est que c’est pas tout léger… ! Il y a différentes tailles et différents poids selon l’âge, cela commence à 5 ans et à chaque âge clé des spirales sont ajoutées au collier. Il y a la possibilité au Myanmar de visiter des villages de l’ethnie Pa Daung mais c’est apparemment devenu une attraction touristique, les femmes étant mises en avant comme dans des zoos… cela ne nous a pas tenté 😒 (bon wiki, soit tu t’associes avec Clem soit elle va finir par prendre ta place ☝🏼).

La balade en bateau se poursuit et nous arrivons enfin au lac, il est grand ! La traversée est agréable malgré le bruit du moteur 💥 (une horreur comme partout en Asie), et on peut admirer les pêcheurs qui prennent la pause pour les touristes : ils ont une technique particulière pour pêcher en tenant en équilibre leur filet 🎣.

Instant culture n°3 💡:
Les pêcheurs que l’on voit sur le lac Inle sont en fait des « faux » pêcheurs 🤔. Ce sont réellement des pêcheurs mais ils ne pêchent plus sur le lac, ou alors en dehors de la saison touristique. En effet ces « pêcheurs » prennent la pose uniquement pour les touristes 📸, en échange de quelques kyats. Ils ont un poisson mort 🐟 pour faire genre ils viennent de le pêcher, eh oui car visiblement cela devient de plus en plus difficile de pêcher dans ce lac de plus en plus pollué en raison du développement du tourisme qui explose littéralement. À titre d’exemple il y a eu une croissance de 54% du tourisme à Yangon entre 2011 et 2012, dingue 😯 (c’est bon Wiki, Clem est en train de monter une société, elle bosse sur le site et va monter en parallèle une agence de tourisme « Clem Inle’s Trek, a journey for life »).

On débarque du bateau, ça y est notre trek est véritablement terminé ! On avait déjà booké notre hôtel au lac Inle, plus précisément à Nyaung Shwe, et Vincent décide de se joindre à nous 🤗. Nous nous installons donc enfin dans une chambre, et nous nous douchons 🚿, le bonheur ! J’avoue que je suis complètement claquée par le trek, c’était top mais on en a quand même avalé des kilomètres 👟 !

On dîne et hop dodo.

NYAUNG SHWE, LAC INLE

Nous savons qu’il est possible de faire un tour en bateau sur le lac Inle et de s’arrêter dans différents villages et différents ateliers d’artisanats. Toutefois on se dit qu’on a déjà vu une bonne partie du lac hier en rentrant du trek (voir la partie juste au-dessus ⬆️), et on a déjà visité deux ateliers. De plus on sait qu’à chaque fois on nous pousse à acheter 💰 et même s’il suffit de refuser c’est fatiguant. Il y a aussi l’option de faire du vélo autour du lac 🚲 mais il y a pas mal à pédaler et là on veut juste se reposer, faire les grosses larves 🐛. On décide alors de ne rester qu’une journée au lac Inle, alors que souvent les gens restent trois jours. Et ben pas nous, toc 🤭.

On chill, on déjeune avec Vincent et c’est déjà l’heure de lui dire au revoir car il continue son aventure au Myanmar 😢. On a passé de super bons moments, c’était top, et bravo pour le dive master 👏🏼 !

L’après-midi, on retrouve Marcia et Louise à leur hôtel car elles ont terminé le trek quelques jours avant nous 🗓 et sont restées plus longtemps au Lac Inle, du coup on papote une bonne demi-heure et on échange nos expériences sur ces 3 jours de marche. Ça fait plaisir de les revoir ☺️, elles ont aussi adoré leur trek. On se dit bye bye une nouvelle fois puis on prépare nos affaires à l’hôtel, on dîne et direction le bus de nuit pour Mwalamyine.

Et là surprise, devinez qui on retrouve ? …Je vous le donne en mille, Marcia et Louise 🤪 ! Et oui on a le même bus mais on ne va pas au même endroit. Le bus de nuit… une fois n’est pas coutume le bus est juste incroyable 🤩. On se croirait dans un bus de luxe avec des sièges king size, tout est propre, il y a mêmes des stores au fenêtres (et non pas des rideaux crasseux). On dort plutôt pas mal jusqu’à ce que… la suite dans le prochaine article sur Mwalamyine 😉 !

Lac Inle, Myanmar

Note de Jojo :
Paix à tous les lecteurs s’étant endormis le nez sur le clavier à la lecture de l’article 🙏🏼  (ne mentez pas on peut lire AZERTY sur votre front) en raison du nombre incalculable d’instants culture proposés par Clem 🤓.

Guesthouses 😴 :
Parami Hotel à Kalaw :
2 dodos
Chez l’habitant pendant le trek : 2 dodos
Joy Hotel au Lac Inle : 1 dodo

Myanmar

Les anciennes villes royales de Mandalay

Clem les Roux Roots
Jojo les Roux Roots

ARTICLE RÉDIGÉ PAR CLEM  🖋

ARTICLE COMMENTÉ PAR JOJO
EN ITALIQUE ROUX  💬

En route les Roux Roots !

Oui nous sommes allés à Mandalay, non nous ne l’avons pas visité. Pourquoi 🧐 ? Tout simplement car on avait lu globalement de mauvais échos sur la ville et les visites qui ne valaient pas le prix, et que de toute façon on n’est pas très grande ville 🏢. Car il faut savoir que Mandalay est la seconde ville la plus importante du pays ! Par contre, on a souhaité faire un stop ici pour pouvoir rayonner en une journée dans les alentours de Mandalay ou siègent les anciennes villes royales 👑. Au Myanmar visiblement on change de capitale comme de chaussettes 🧦(de chemise plutôt 😏).

Arrivés depuis Bagan par bus 🚌, on s’installe dans notre hôtel en plein Mandalay et on est d’attaque le lendemain pour découvrir Sagaing, Amarapura et Ava (nous n’avons pas visité Mingun, la quatrième ville royale des environs par souci de temps et de porte-monnaie 💸).

Au moment de louer notre scooter à l’hôtel le matin, le réceptionniste nous met en garde : la conduite à Mandalay a son propre code de la route, et c’est assez dangereux, il nous déconseille donc de prendre un scoot 🛵. On ne se laisse pas impressionner (bon un peu quand même) et qu’à cela ne tienne on décide de prendre le scoot en prenant soin de faire très attention, comme d’habitude de toute façon (tout va bien papa 😇).

Se faire proposer une visite guidée par un moine : arnaque ou pas ?

On quitte Mandalay pour se diriger vers Amarapura en longeant le fleuve de l’Irrawaddy, et ce qui nous choque en premier c’est la misère le long du fleuve 😔. Ici les gens vivent dans l’insalubrité et on ne peut même pas parler de logements car il s’agit plus de trois bouts de tôles branlantes et d’amas de déchets partout. Les gens vivent sur le terre-plein de 4 mètres de large au milieu de la route sans cesse empruntée par les scooters, camions, tracteurs bruyants…

On arrive à Amarapura où l’on fait un premier arrêt à un temple en teck rouge finement ciselé ✂️. On se dirige ensuite vers le monastère de Mahagandayon où l’on peut assister à la procession de moines qui reçoivent leurs offrandes quotidiennes avant de prendre leur dernier repas de la journée avant 12h 😱 (inimaginable pour Clem).

Amarapura, Myanmar
Amarapura, Myanmar

À peine le scooter garé, un moine nous accoste en anglais 🇬🇧 quelques mètres plus loin (hum un peu rapide non 🤔 ?). On échange un peu avec lui, une chinoise prend un selfie avec moi puis demande au moine de se joindre à nous. Ce dernier décline poliment mais on sent bien qu’il n’aime pas trop ces manières ✋. D’ailleurs par la suite il nous confiera ne pas aimer les chinois, en tout cas leur comportement🤷🏻‍♀️. Moi je m’en fiche je fais ma star sur les selfies 😎 (genre la meuf). Le moine nous propose de nous faire faire un tour du monastère car nous avons un peu de temps devant nous avant la procession (vous le sentez venir ou pas ?).

Après notre arnaque à la pagode de Shwedagon à Yangon on devient de plus en plus méfiant. On échange un regard  👀 en mode « bon c’est un moine, à priori je le vois mal nous demander des sous, en plus il a l’air vraiment sympa, il y a plein de monde, ça devrait aller 🤪 » (la pensée positive du jour).

C’est à ce moment-là de l’article qu’on ouvre les paris : arnaque ou pas arnaque 🤥 ?
Réponse un peu plus bas… patience pour voir si on est des pigeons ou non 🐦 !

Amarapura, Myanmar
Amarapura, Myanmar
Amarapura, Myanmar

On le suit donc et celui-ci nous explique la vie dans le monastère, nous parle du fondateur du lieu, des règles à suivre ici, des examens à passer pour les moines, etc. Il est marrant et nous fait des blagues et cherche aussi à apprendre des mots de français 🇫🇷, il en connaît déjà pas mal.

On retourne voir la procession des moines, c’est impressionnant 😲. On prend quelques photos qu’on essaie de faire rapidement/discrètement et malheureusement on se désole un peu de voir que certains ne se donnent pas cette peine 😔. Perche à selfie limite devant les moines, et photos à outrance 😡. Je me sens déjà assez mal d’avoir pris quelques photos car le mieux serait de ne pas en faire…

Une touriste repère que notre guide moine nous explique des choses et se joint à nous (pas folle la guêpe). Ce qui nous arrange bien car on espère qu’à la fin on ne sera pas les seuls à se faire avoir, si jamais on se fait avoir. Le moine poursuit la visite (c’est une longue visite dit donc quel dévouement !) et nous emmène voir la cuisine, car oui il faut bien nourrir tous les moines qui vivent là ! Les fours sont immenses, et les cuves à riz aussi, dingue.

Ben finalement... Mi-arnaque mi-pigeon !

Enfin notre sympatoche moine nous fait visiter deux lieux dans lesquels les touristes ne peuvent pénétrer (sauf bien sûr s’ils sont accompagnés de leur poto moine 😉) : la salle de méditation puis leur dortoir (la technique de je suis votre pote et vous êtes des VIP). C’est là que les plus jeunes moines dorment dans une grande salle à même le sol tandis que d’autres (les plus anciens ?) ont une petite minuscule chambre ; en fait quatre cloisons qui délimitent une zone de 4m2 à tout casser où il y a seulement une étagère avec pleins de livres 📚.

On entre donc dans la chambre grand luxe de notre poto (le piège se referme ?), on s’assoit face à lui pendant qu’il nous montre les fameux livres dont il nous a parlé lors de la visite (je ne sais plus leurs noms mais des livres importants 🤭).

Tout le monde est heureux, content, on se dit qu’il faut vraiment qu’on y aille car on est très en retard sur le timing (ouais on est des buisness men le temps c’est de l’argent 🤑), mais non pas si vite ! Vous avez cru qu’on ne se ferait pas avoir ? Bisounours que nous sommes 🐻. Notre moine pas si poto que ça nous explique qu’il souhaite partir au Sri Lanka pour continuer ses études dans le bouddhisme grâce à ses parents qui économisent et que si on le souhaite on peut faire une donation pour ses études et vas-y que je tartine le truc blablablabla. Classique 😬. On est tous les trois assis face à lui à moins de 20 cm, coincés dans cet espace de 4m2, et on se voit mal refuser d’autant qu’il a quand même pris le temps de nous faire une visite dynamique ponctuée de blagues, alors on se dit que ça mérite bien une petite donation 💰. On sort un billet de 5000 kyats, l’autre touriste aussi (cours de maths 📐 : 5000 kyats x 2 égal… 10000 bravo 👏🏼 !). En gros cela correspond en tout à une donation de 6,50€. Cela nous paraît pas si mal, mais alors qu’on lui tend nos billets, le moine gonflé nous annonce qu’il ne peut pas accepter un montant inférieur à 20000 kyats 😳 ! Mais c’est le monde à l’envers ! On hallucine et on lui dit que c’est pour lui, qu’on lui donne mais il refuse. 20000 kyats ou rien. Et ben mon p’tit père, ce sera rien pour ta pomme dans ce cas 😤. L’autre touriste est sur la même longueur d’ondes et on lui dit, un peu désolé mais outré à la fois, qu’on ne peut pas lui donner cette somme.

Le moine nous dit que ce n’est pas grave et on sort de la chambre, mais on sent qu’il fait un peu la gueule quand même 😐. Alors comme c’est l’heure de son dernier repas 🍜  je lui apprends  » bon appétit « . Content d’apprendre un nouveau mot en français, il retrouve le sourire et on part sur cette ultime échange un peu plus positif.

Toute la visite s’est bien passée et le moine était vraiment gentil et intéressant mais on garde une note amère en bouche, est-ce qu’il a fait ça uniquement pour avoir sa donation à la fin 💵 ? On ne saura jamais, ma foi.

Passage express à Sagaing et direction ava
Pas en avance sur notre planning on reprend le scoot direction la deuxième ville royale, Sagaing située sur la rive du fleuve l’Irrawaddy. Sagaing c’est plusieurs collines où il y a tout plein de pagodes, on décide d’en visiter une qui offre un beau point de vue. Après de nombreuses marches (on sent bien l’effort de Clem dans ce début de phrase), on accède à la pagode et à un beau panorama sur la rivière et la ville. Jojo décide de s’acheter un petit éléphant en jade 🐘 (oui oui on se convainc que c’est du vrai jade) car apparemment c’est la ville du jade.
Sagaing, Myanmar
Sagaing, Myanmar

On commence à avoir un peu faim 🤤 (comprendre « Clem est à l’article de la mort ») et on décide de s’arrêter manger à la troisième et dernière ville royale que l’on visitera : Ava ou Inwa. En fait c’est un petit village assez sympa qu’on a beaucoup aimé car on s’y balade en scooter dans la nature 🌴. Pas évident de trouver de quoi manger, du coup on s’arrête à un immense restaurant entièrement vide et un peu cher bordé d’une multitude de calèches qui attendent les touristes 🐴. Mais on ne croisera que très peu de touristes sur la route en comparaison à l’offre hallucinante de calèches.

Ava, Myanmar

 Nous n’avions repéré qu’un seul temple à visiter : en teck recouvert de pétrole. Sauf qu’à l’entrée il nous faut le pass qui permet de visiter les temples de la ville de Mandalay. Nous ne l’avons pas et si on veut entrer il nous faut acheter le pass entier, impossible de prendre un ticket à l’unité 😕. Vu le prix, nous n’hésitons pas une seule seconde : on se casse ! On prend toujours un malin plaisir à dire non, on s’en fout de ton temple on se barre avec notre scoot et toc 😏 ! Evidemment on ne jette pas ça à la face de la femme mais notre air désinvolte « no way » fait passer le message et c’est la tête haute qu’on s’en va vers notre bécane. Faut pas nous en vouloir, à force de se faire arnaquer et de passer pour des pigeons (après déjà 2 mois de voyage) on aime bien ce genre de mini victoire (qui en fait est une défaite vu qu’on n’a pas pu visiter le temple, mais bon).

En tout cas la balade jusqu’au temple est très belle, on passe dans des champs de bananiers, au milieu de rizières, et finalement on s’arrête pour voir un joli petit temple en ruine gratuit. C’est à ce moment-là qu’un petit garçonnet 👦 va tenter de vendre à Jojo un bracelet en jade (bon là c’est vraiment du faux jade hein…). Il est tenace et le suit partout, on lui en prend 2 car le prix est ridicule et le petit a une belle détermination (bien joué minot !). Ils sont trop beaux mais j’ai malheureusement perdu le mien à ce jour 😢 (et elle m’a piqué le mien du coup !).

Ava, Myanmar
Ava, Myanmar

Sur le retour nous croisons plusieurs chars à la queue leu leu tirés par des bœufs blancs qui ne ressemblent pas à ceux de chez nous 🤨. Ils sont richement parés ainsi que les chars. On pense qu’il s’agit d’un mariage car dans l’un des chars, le plus beau, il y a ce qui ressemble à un couple habillé en habit de cérémonie 👰. Or suite à une tentative de renseignement, ce serait plutôt une procession pour Bouddha. Quoiqu’il en soit ils ont de sacrées sonos à disposition, c’est la grosse fiesta 🎉 !

Ava, Myanmar
sur le pont d'avig... d'u-bein on y danse tous en rond !

Après la découverte d’Ava, on retourne fissa à Amarapura afin de se balader sous le coucher de soleil sur le très célèbre pont d’U-bein : le plus long pont en teck du monde 🌉 ! Je ne sais pas pourquoi mais d’après les photos que j’avais vues et ce que je m’imaginais, je pensais que l’on serait tranquille sur le pont, sur les berges avec relativement peu de monde pour observer la descente du soleil sur l’horizon ✨. Ben non évidemment t’as rêvé Gertrude 🤪 ! La masse de gens est incroyable, il faut faire la queue pour entrer sur le pont et ensuite marcher en file indienne, en tout cas au début du pont, car heureusement la plupart des touristes ne vont pas jusqu’au bout (les feignants !). Nous non plus d’ailleurs 🤭 car sinon on prend le risque de louper le soleil couchant.

U-Bein bridge, Myanmar
U-Bein bridge, Myanmar

Il y a en effet LE spot pour l’admirer, où l’on descend du pont près d’une eau stagnante qui pue comme les panards de Jojo 👣 (vous n’avez pas idée de l’odeur de ceux de Clem), ce qui permet d’avoir le pont en ligne de mire, eh oui sinon on voit le soleil qui se couche mais pas le pont, ce serait dommage. Alors après une petite balade on vient se caler, debout, et on essaie malgré le monde et les barques de touristes devant nous de profiter du spectacle. C’est évidemment très joli mais on est un peu déçu car on pensait être seuls au monde. C’est beau de rêver 🙄 !

U-Bein bridge, Myanmar
U-Bein bridge, Myanmar

Il est finalement temps de récupérer les scooters et de rentrer à Mandalay, on a pas mal de route, il commence à faire noir et pour couronner le tout il nous reste 1% de batterie 😱. On croise les doigts 🤞 pour que le téléphone tienne jusqu’au bout car il n’y a pas moyen qu’on s’y retrouve. Par un miracle inouï et grâce à une copilote hors pair qui maîtrise parfaitement l’utilisation restreinte du gps et le coup d’œil furtif sur le plan 😎 (tu veux une lettre de reco pour Sébastien Bol ?), nous arrivons dans Mandalay ! Un petit stop au KFC pour se remplir la panse : le poulet fait maison dans le burger est incroyablement bon, le meilleur poulet qu’on n’ait jamais mangé étrangement 🍗 (instant culture 💡 : au Myanmar on ne mange jamais de bœuf, ce dernier est considéré comme un compagnon de labeur !). Puis quelques centaines de mètres avant l’hôtel, on crève. On persiste (grâce à un pilote hors pair, Seb fait gaffe j’arrive 🏎) et on arrive à l’hôtel, on décide d’annoncer au gars qu’on a crevé juste avant d’arriver. Visiblement il s’en fiche, ouf 🤗.

Après cette grosse journée, on se couche car demain on prend le bus direction Kalaw pour notre trek !

Guesthouse 😴 :
Royal Yadanarbon Hotel : 2 dodos

Le 2 mars 2018

Bagan, Myanmar

La belle et magique Bagan

Clem les Roux Roots
Jojo les Roux Roots

ARTICLE RÉDIGÉ PAR CLEM  🖋

ARTICLE COMMENTÉ PAR JOJO
EN ITALIQUE ROUX  💬

Jour 1 : 
Première découverte des temples de Bagan avec Marcia et Louise

Hue Gné Gné !

On arrive au petit matin à Bagan, la fameuse ville des montgolfières au Myanmar. Et ça, on avoue qu’on ne le savait pas avant de préparer notre itinéraire dans le pays 🤭 (merci Nans !). Imaginez-vous, Bagan c’est une grande plaine avec beaucoup de sable où il y a des milliers de temples à perte de vue. Le jeu à Bagan est de trouver LE spot pour se faire un inoubliable coucher ou lever de soleil ☀️. Ou en faire plusieurs comme ce sera notre cas.

Prévenus qu’apparemment ici les taxis s’en fourrent plein les poches pour nous acheminer du terminal de bus jusqu’au centre, on se fixe une limite au vue du trajet à parcourir (4 km) : 2000 kyats (1,30€) maximum pour 2 (oui on sort les gros moyens 💰). Comme d’habitude on se fait harponner à peine les orteils posés au sol. On nous propose des prix bien trop élevés, et pour 4000 kyats on nous rit au nez : ok pour eux mais à cheval 🐴 !

Ce n’est pas une blague, on peut soit prendre un taxi, soit le cheval plus lent mais moins cher. Finalement après quelques tergiversations et une négociation digne d’un marchand de tapis, c’est en calèche que nous rejoignons notre hôtel pour 3000 kyats en tout 😅. Notre fidèle destrier se nomme Gné Gné 🐎 (la prononciation est très subtile, c’est tout un art pour correctement prononcer le nom du canasson), notre balade est originale et lente mais on arrive à bon port.

Notre hôtel est vraiment beau mais ça pique au niveau du porte-monnaie : 20 euros la nuit (du coup on avait vraiment la classe en arrivant en poney, on leur en a mis plein la vue 😎) ! Au Myanmar il faut malheureusement prévoir de casser la tirelire pour se loger car les prix sont beaucoup plus élevés que chez ses voisins d’Asie du Sud-Est 🤑. Notre chambre est en tout cas « grand luxe » et, chose incroyable, nous avons… un rideau de douche  🚿! Vous rendez-vous compte, le premier depuis notre départ de France. Rideau de douche, tu nous avais manqué ❤️. Enfin toi qui te colles à nous sous la douche beaucoup moins 🤣.

On monte sur le rooftop (yeaah 🤘) pour prendre notre petit-déjeuner : un superbe buffet sucré/salé ! Jojo s’en est donné à cœur joie pendant ces quelques jours, il a littéralement dégommé le buffet tous les matins 😲 (à 20 balles la nuit je peux te dire que je vais vite te rentabiliser l’affaire moi).

Baptême et retrouvailles avec Marcia

Bien repus, on est prêt à attaquer la journée. Le premier arrêt se fait pour rejoindre Marcia 👱🏻‍♀️, avec qui j’étais au lycée et qui est aussi la meilleure copine d’une amie à moi (Chaton🐱). Marcia fait aussi un tour du monde et ça tombe bien car on est au même endroit au même moment 😄.

Jojo et moi on se joint donc à Marcia et Louise, une anglaise, pour passer notre première journée au milieu des temples ! On a loué nos scooters électriques 🛵 (top moumoute) et on se laisse guider, c’est Marcia qui prend les choses en main 💪🏼.

📖 Petite précision pour la suite de l’article : à la location du scooter on est ô combien chanceux de se voir remettre chacun un casque qui nous fait un look d’enfer, on dirait qu’on part pour la guerre 😶. Naturellement, on se donne des surnoms : Clem est baptisée soldat boulet 🤪 (merci du cadeau) et Jojo soldat tête de piaf 🐣 (oui on a beaucoup d’imagination).

Les Roux Roots à Bagan, Myanmar
Temples de Bagan, on arrive

La matinée se déroule sous un soleil de plomb ☀ à visiter différents temples et à papoter avec les filles, on en apprend un peu plus sur chacune c’est super, je suis vraiment contente d’avoir pu croiser Marcia. Il commence à faire faim, l’heure du déjeuner approche alors Marcia nous dirige vers un petit village qu’on galère un peu à trouver. On se retrouve dans des chemins sablés et les 2 pilotes du jour, Marcia et Soldat tête de piaf 👩🏼‍✈️👨🏻‍✈️, s’en sortent plutôt pas mal, on rigole bien !

Arrivés à l’entrée du village on déjeune (pause bien méritée) et on se balade dans les petites allées. Il n’y a quasi personne, on croise quelques villageois qu’on aperçoit dans leurs maisons. La chaleur est écrasante, donc on décide de reprendre les scoots et de continuer notre exploration des temples 🔎. Ces derniers sont vraiment beaux, bien conservés malgré le tremblement de terre, c’est assez incroyable car il y en a partout sur des kilomètres et des kilomètres 😲. On admire l’extérieur des temples et on recherche à l’intérieur de chacun un moyen d’accéder sur le « toit » afin de trouver un spot pour un lever/coucher de soleil. Malheureusement dans la plupart d’entre eux les escaliers sont cadenassés, pas moyen de monter 😞.

Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar

Tant pis ! On suit Marcia et Louise qui ont prévu en plan B de contempler le coucher de soleil depuis une colline aménagée à cet effet. Ni d’une ni deux on se retrouve tous assis, on se repose et on profite de la vue 🌅.

Pour conclure cette journée en beauté, on va dîner dans un restaurant testé et approuvé par Marcia et Louise : Rain Restaurant. Soldat tête de piaf prend un burger 🍔 et Soldat boulet un plat de spaghetti champignons 🍝, ça fait du bien ! Le lendemain on prévoit de continuer la découverte de notre côté car Marcia et Louise ont d’autres plans, elles ont déjà vu la plupart des temples car elles sont arrivées avant nous à Bagan. On essaie de se donner RDV pour dîner au même endroit demain soir – même jour même heure même port 🎶 (euh… mêmes pommes soldat BOULET).

Complétement claqués, on part se coucher dans nos lits douillets 🛌.

Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar

Jour 2 : 
LA VALlée des temples au rythme du soleil

Debout soldats !

Réveil aux aurores qui pique ⏰, on couine, on repousse la sonnerie, on baille 😴, on a les yeux collés 👀mais quand faut y aller faut y aller. Aujourd’hui c’est notre premier lever de soleil sur Bagan, et d’après ce qu’on en a entendu, c’est réellement magique.

On se fait violence (oui la vie est dure 😏) et on se lève (victoire !). On s’habille et en moins de deux nous voici dans la nuit 🌙 sur notre scoot en direction de la 2ème colline aménagée spécialement pour assister au lever de soleil.

Grâce à maps.me on arrive sans encombre et il y a déjà pas mal de personnes sur place. On se positionne et on attend…et on tombe sur Marcia et Louise qui sont finalement revenues faire le lever de soleil au même endroit. Cool ! On reste tous assez silencieux et on guette le départ des montgolfières. Au bout de plusieurs minutes, on commence à apercevoir les ballons au loin qui s’agglutinent les uns contre les autres, en attendant que le soleil pointe le bout de son nez à l’horizon pour décoller. Le soleil se fait attendre 🙏🏼. Mais ça y est, le premier ballon s’élance, alors que le soleil se montre doucement. C’est superbe, malgré le monde (on ne s’attendait pas à une telle foule quand même) le moment est magique ✨ et l’ambiance particulière. Les lumières changent, le soleil, grosse boule rouge apparaît en entier et les montgolfières s’envolent vers le ciel ☀️.

Je crois qu’on reste bien 1h à contempler ce spectacle et j’avoue, à prendre un millier de photos et vidéos 📷.

Le soleil bien levé, on s’en retourne à l’hôtel pour dévorer notre petit-déj buffet à volonté (mouhahaha 🤤) alors que Marcia et Louise retournent visiter quelques temples connus avant qu’ils ne soient pris d’assaut (chacun ces priorités). Nous, on a pas la foi, on a trop faim évidemment (enfin surtout Soldat Boulet 😈). Les cochons sont pleins 🐷, c’est parti pour une deuxième journée d’exploration !

Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmarv
Bagan, Myanmar
à la recherche du secret des templiers

A cheval sur notre scooter 🛵, on navigue entre les temples et on en visite un bon nombre. On a vraiment l’impression d’être des explorateurs au milieu de ce désert de sable et ces innombrables temples 🕵🏼‍♀️. Notre objectif est de réussir à trouver une pagode accessible pour pouvoir observer le coucher de soleil ce soir et pourquoi pas, soyons fous, le lever de soleil demain matin. Une pagode deux-en-un quoi !

On a chaud et les pieds en feu 🔥, car oui à Bagan les temples se visitent à pied 👣 ! Sauf que là on ne parle pas de temples tout beaux tout propres bien entretenus comme en Thaïlande par exemple, mais de temples envahis par les herbes 🌿, avec des pierres exposées en plein soleil qui brûlent comme pas possible et des cacas de pigeons 🐦. Un vrai terrain miné pour les soldats que nous sommes 💣. Le but est donc d’aller d’ombre en ombre pour éviter la mort imminente par brûlure de la plante du pied ⚰️ (y en a qui se croit limite dans Call of Duty 😂).

À un moment on pense avoir trouver LE spot idéal pour ce soir. Un petit temple carré sans vraiment de toit, en face d’un plus grand temple connu (d’ailleurs désolé, mais impossible de nous souvenir des noms des temples, il y en a trop 🙈). On y entre et Soldat Tête de piaf part l’explorer armé de sa lampe frontale 🔦. À l’extrémité de l’escalier, on ressort sur le haut du mur, un peu risqué quand même, mais ce sera notre plan B si on ne trouve rien d’autre car la vue est plutôt pas mal.

Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar

Contents d’avoir trouvé au moins un spot par nous-mêmes, on continue de découvrir les jolis temples de Bagan. Puis on déjeune dans un resto végétarien, où l’on prend un curry de citrouille 🎃 et un guacamole 🥑 : un vrai régal, accompagné d’un jus de banane🍌 et d’un milkshake à l’avocat, une tuerie.

Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar
Rencontre avec le cheval fou

L’après-midi se poursuit au temple noir situé dans l’enceinte d’un mini village. À l’entrée, on repère un poney, enfin un cheval 🐴. Il est tout rachitique, immobile et a l’air chelou. Soldat tête de piaf à la bonne idée de vouloir aller le caresser 🙄. On commence à avancer et le cheval s’avance vers nous. Alors que soldat Tête de piaf tend la main pour le caresser il fait une ruade avant 😱 ! Heureusement Soldat tête de piaf esquive et on s’éloigne rapidement. Que nenni ! Le cheval nous suit d’un pas lent mais déterminé, le regard fou et les naseaux dilatés  (oui oui). Comme on a peur (enfin Soldat boulet), on se réfugie sur les marches d’un temple. Le cheval s’éloigne un peu, on en profite pour sprinter jusqu’au temple noir (qui n’est qu’en fait qu’à 15 mètres…). À ce moment là on voit le cheval qui s’allonge, et se roule dans tous les sens 🤪. Puis il se relève d’un coup, tape un sprint et disparaît. Mmh mmh 🤔, ce cheval est fou, c’est sûr.

Le temple noir est très bien travaillé à l’extérieur, et à l’intérieur un moine fait cours à quelques enfants. On ressort du temple puis après un point de vue sur la rivière on va récupérer notre scoot en faisant bien attention à ce que le cheval psychopathe ne soit pas dans les parages 🙏🏼. 

Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar
Des temples et encore des temples

Un, deux, trois… on visite encore plusieurs temples, ils sont tous incroyables, alors on ne s’en lasse pas 😍. À l’intérieur de quasiment tous les temples se trouvent des bouddhas à chaque point cardinal (instant culture de l’article 🤓). Et là, on trouve enfin notre spot pour le coucher et lever de soleil ! Une belle pagode de taille moyenne où il n’y a que très peu de monde. Alors quand on aperçoit l’escalier non cadenassé à l’intérieur, on essaie de rester discret pour garder notre endroit secret pour ce soir 🤫. En attendant 17h, on va visiter une grosse pagode pas très loin, dorée sur le dessus. L’endroit est charmant avec des jardins tout autour.

L’heure du coucher de soleil approche alors on retourne à notre spot. Enfin, « notre » spot 🙄… il y a déjà une petite dizaine de personnes, on comprend que finalement on ne sera pas tout seul. Une demi-heure après, la pagode compte environ une cinquante de personnes ! Qu’a cela ne tienne, on est bien assis et devant nous le panorama est magnifique (bien plus que nos pieds degueus après une journée de scoot dans le sable 👣). Le soleil se couche 🌅, et on contemple le spectacle, ravis.

Le soir on retrouve Marcia et Louise au même resto que la vieille et on passe une excellente soirée, avant de se souhaiter bonne route pour la suite 👋🏻.

Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar

Jour 3 : 
village artisanal et soirée belge

Fabrications artisanales en bambou

Le lendemain, rebelotte ! On s’arrache de notre sommeil et du lit pour retourner sur la pagode d’hier soir pour le lever du soleil 🌞. Le spot est parfait, le soleil fait son apparition en même temps que les fameuses montgolfières, toujours aussi magique ✨. Il y en a même certaines qui passent au-dessus de notre pagode 🤩 !

Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar

Après ce beau moment, direction le petit-déjeuner buffet 🍞🥞, évidemment (on sentait une certaine appréhension dans les yeux des serveurs quand ils nous voyaient arriver 👀) ! Calés pour la journée, on prend notre scoot pour se rendre dans un petit village dont nous ont parlé Marcia et Louise, où les villageois montrent aux visiteurs les techniques de fabrication artisanale. Sur le chemin, on s’arrête pour visiter d’autres temples et prendre quelques photos 📷, et on perfectionne notre conduite sur sable (sous les cris incessants de soldat boulet à chaque petite embardée 😬). Arrivés au village, nous nous faisons mettre le grappin dessus dès la descente du scoot par une dame qui souhaite nous montrer sa maison. Comme l’arnaque est courante en Asie 🤥, c’est un peu méfiant qu’on la suit. La dame est toute mignonne et nous explique que sa sœur vit dans cette petite maison, sa mère dans cette pièce, son frère là-bas, etc. La pièce principale est quasiment vide, comme d’habitude, à l’exception d’une télé et des portraits de la famille. Puis la dame me fait tester le thanaka (et bim en plein dans la tronche 😂) une mixture/crème végétale que les femmes et enfant birmans appliquent sur leurs joues, visage et parfois corps pour une protection du soleil et autres vertus. Me voilà transformée, j’ai l’air absolument ridicule mais bon passons (mais non voyons, point du tout 😇).

Bagan, Myanmar

Puis la femme nous emmène dans « l’atelier » dans le jardin où son mari est en train de travailler le bambou. En fait, chaque membre de la famille joue son rôle dans la confection artisanale d’objets en bambou 🎍. La femme nous fait la démonstration et nous explique comment on passe du bambou à l’état brut au produit fini, soit un bol, une boîte, une assiette… Les tutos de Clem en 5 étapes :

  • 1ère étape : récupérer du bambou, le couper, puis le désépaissir c’est-à-dire le couper en fines couches en lamelles 🎍
  • 2ème étape : ces lamelles sont ensuite assemblées très rapidement pour former un bol par exemple 🥣
  • 3ème étape : Il s’agit après de recouvrir l’intérieur du bol grâce au caoutchouc produit par l’hévéa 🌿
  • 4ème étape : des dessins sont finement réalisés sur l’extérieur du bol, la femme nous en fait la démonstration avec des motifs floraux 💐
  • 5ème étape : enfin les motifs sont colorés à l’aide de différentes teintures préalablement réalisés grâce à des pigments naturels 🎨

Bref, tout est naturel et efficace 👌🏼! Le résultat est vraiment très beau, on décide de sacrifier notre dos et d’acheter un joli bol en bambou 😊. Franchement, on aurait bien acheté plus de choses, notamment un beau plat, mais il faut quand même pas oublier qu’on est censé se coltiner le bazar dans notre sac-à-dos !

Nous poursuivons la visite du village et c’est alors qu’une autre femme souhaite nous montrer encore une fois la fabrication du bambou. On n’ose pas refuser et on découvre notamment en live la dernière étape de coloration ✍️. Toutefois cette fois-ci on résiste et on n’achète rien en expliquant à la pauvre femme qu’on a déjà acheté un bol et en lui mimant qu’on ne peut pas porter trop de choses dans notre sac-à-dos même si on aimerait beaucoup. Par la suite, on décline les autres offres car cela nous gêne de ne pas pouvoir leur acheter de produits après leur démonstration 😕. Le village est très authentique, on le trouve mignon et bien entretenu.

Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar
Bagan, Myanmar
Marc & Andrée, une belle rencontre belge

Pour le déjeuner, c’est au restaurant d’hier midi qu’on retourne, le Yar Pyi, car on a vraiment beaucoup aimé leur cuisine et smoothies 🍽.

Après manger, on part en repérage de la pagode de Marcia et Louise depuis laquelle elles ont fait le lever de soleil mais qui est aussi intéressant pour le coucher. On la trouve rapidement car j’avais demandé à Marcia de la noter sur maps.me héhé (maline la lapine 🐇). Le lieu est top, on pourra revenir ce soir 👍🏻. Pour le reste de l’après-midi, je ne sais plus trop ce qu’on a fait, on a chillé à l’hôtel je crois 😌.

De retour à la pagode, on s’installe pour le coucher de soleil 🌅, il n’y a que très peu de personnes c’est top. Et là, surprise ! On retrouve Marc et Andrée, les Belges rencontrés à Hpa-An quelques jours avant. On papote on papote 💬, on admire le coucher de soleil et puis on achète des superbes cartes postales à une petite fille. Le spectacle terminé, nous reprenons nos scoots et Andrée & Marc nous proposent de fêter l’anniversaire de ce dernier au restaurant. Avec grand plaisir 😄 !

On passe une excellente soirée en leur compagnie, on parle de leur vie et de la nôtre, de leurs enfants et du voyage, on rigole beaucoup et puis c’est déjà l’heure de se dire au revoir 😔, alors on échange bien sûr nos coordonnées 🤝 ! Marc, Andrée, si vous nous lisez on est ravis d’avoir fait votre connaissance et on espère vous rendre visite en Belgique ou vous accueillir en Provence ☺.

C’est sur cette rencontre bien heureuse que l’article se termine car le quatrième et dernier jour à Bagan a été consacré… à la glande 😂 ! Enfin pas tant que ça car on est resté dans notre hôtel « de luxe » climatisé pour travailler sur le blog, et oui ça bosse dur aussi 😏

Bagan, Myanmar

Guesthouse 😴 :
Skyview Hotel : 4 dodos

Du 25 au 28 février 2018

Yangon

Yangon, ancienne capitale

Jojo les Roux Roots
Clem les Roux Roots

ARTICLE RÉDIGÉ PAR JOJO  🖋

ARTICLE COMMENTÉ PAR CLEM
EN ITALIQUE ROUX  💬

La boulette de Clem

Nous voilà partis de Hpa-An en direction de Yangon, l’ancienne capitale du Myanmar 🇲🇲. En effet depuis 2007, Naypidaw est officiellement la nouvelle capitale. Sauf que cette dernière est en réalité une ville fantôme (booooouuuh 👻). Nous avions prévu d’y passer une journée pour s’immerger dans cette ambiance étrange mais nous n’avons finalement pas eu le temps, ni le budget. Yangon reste en tout cas la principale ville du pays avec 4,5 millions d’habitants 🙎‍♂️.

Notre trajet dure environ 6h et tout se passe bien. Le bus est correct, la route est bitumée, on apprécie 👍🏻. La veille on a réservé notre hôtel à Yangon, enfin c’est Clem qui s’en est occupée (faut toujours tout faire soi-même ici). Une heure avant d’arriver une petite lumière s’allume dans la tête de Clem 💡, elle check un truc sur le téléphone 📱 et me regarde un peu gênée en mode « eeeeuh » et aussi morte de rire. Je vous avais déjà dit que Clem est un gros boulet, non ? La preuve avec la conversation qui suit 💬 :

Clem : Tu te souviens de l’hôtel tout pourri qu’on voulait surtout pas réserver à Yangon ?

Moi : Mouais vite fait, le truc tout humide avec des commentaires du style  » n’y allez surtout pas  » ?

Clem : Oui voilà, ben en fait hier je me suis gourée et j’ai réservé celui là 😂 ! (mouhahaha je suis trop forte)

Damn it, it sucks ! Allez on verra bien c’est peut-être pas si terrible que ça.

On arrive finalement à la gare située à l’écart de la ville et dès la descente une marée de taxi drivers nous submerge 🚕. C’est vraiment la guerre mais on garde notre sang-froid. On trouve un binôme de touristes pour partager la course et après un bon moment nous voilà enfin en direction de notre hôtel finement réservé par Clem 👌🏼 (yeaaah on fait tourner les serviettes 🎶). Il nous faudra plus d’une heure pour y arriver, comme toute capitale, la circulation à Yangon est très dense 🚦.

Nous faisons notre check-in, et oui si vous vous posez la question, l’hôtel n’est pas top : la chambre est une pièce aveugle où l’humidité est très présente mais il y a la clim ouf et la douche commune n’est pas vraiment propre  🚿. Bah on va survivre, surtout que nous n’y restons qu’une nuit 🌙. Le soir nous nous baladons un peu dans les quartiers chinois 👲 et indien 👳‍♂️, il y a des marchands de partout, un concert organisé au milieu de la route, tout va bien. On mange dans un petit resto et au dodo 💤.

Bus Myanmar
Notre bus local Hpa-An - Yangon
Les Roux Roots au Myanmar
Le bus birman c'est l'éclate avec en fond sonore et visuel des clips kitch au possible 🙂
Concert à Yangon, Myanmar
Yangon, Myanmar
Yangon, Myanmar
Arnaque à la birmane

Le lendemain nous prenons un bus local en direction de la pagode Shwedagon, la plus grande de tout le pays 😲 ! Un peu avant l’entrée une petite fille nous tend un sac plastique pour y mettre nos chaussures 👟 (eh oui on se déchausse pour visiter tout ce qui est temples, grottes, etc), je le récupère et…  » money, money 🤑 « . Je me dépêche de lui rendre, nos pompes on peut les porter nous-mêmes, et on en a marre d’être pris pour des portes-monnaies ambulants 💸, à la longue c’est fatiguant.

On accède à la pagode en montant de longs escaliers puis on paye notre billet d’entrée. Effectivement la pagode est immense, il y a énormément de monde et beaucoup de parties annexes à visiter. Pour les birmans ce lieu est très sacré, beaucoup y viennent en pèlerinage. De ce fait il très fréquent de voir des locaux casser la croûte dans les petits temples et pagodes secondaires.

À un moment un vieil homme nous aborde 👴, il nous donne de nombreuses explications, raconte qu’il est professeur d’anglais, on fera même l’offrande à notre bouddha en lien avec notre jour de naissance 🗓.

Minute culture 🤓 : si comme moi vous êtes né un lundi, votre animal totem est le dragon 🐲, si c’est un samedi comme Clem alors votre animal totem est le tigre 🐯.

Bon à la fin de la ½ heure de visite ce soit disant prof nous extorque de 10000 kyats, on l’a mauvaise 🤬. On le sentait venir petit à petit mais c’est assez difficile de s’extirper de ce genre d’arnaque, c’est qu’ils sont bons les gars (et nous trop bon trop con aussi 🤐). Bref, on essaye de passer outre, on déambule à nouveau dans l’enceinte puis direction un petit centre commercial pour le déjeuner. On va dans un fast food inconnu genre Potato break pour se requinquer 🍔🍟. Le jeune de la caisse nous offre un coca en plus de notre commande, je sais pas si c’est par rapport à nos têtes dépitées ou parce qu’il trouve Clem jolie (c’est évidemment pour ça 😎) mais en tout cas merci les jeunes !

Seuls dans un parc d'attration

Pour l’après-midi on se dirige vers un petit parc situé proche de Shwedagon 🌳. On a une idée derrière la tête. Marcia nous a parlé d’un parc d’attraction abandonné 🎡, situé près du zoo, du coup l’enquête commence 🧐. On traîne dans les jardins, on voit un immeuble abandonné recouvert de végétation, on tourne on vire et puis bim on s’aperçoit que c’est en fait indiqué sur maps.me, c’est tout de suite plus facile 🐽…. On passe entre deux bouts de tôle déglinguée faisant office de mur et nous y voilà.

On se retrouve tout seul au sein d’un parc d’attraction envahi par la végétation. L’atmosphère y est vraiment particulière, on se croirait dans un film ou un jeu vidéo 🎮. On s’attend à ce que des zombies débarquent à tout moment c’est assez drôle 🧟‍♀️. On se balade, on fait des photos, on explore, tout est laissé à l’abandon comme si le parc avait été fermé du jour au lendemain, dingue. Tous les manèges sont encore debout 🎠, évidemment ils ne sont plus en état de fonctionner mais on peut encore plus ou moins monter dans les wagons sur les rails 🎢, les autos tamponneuses, etc.

Nous y restons un bon moment tout en faisant attention aux chiens errants que l’on croise au loin (creepy 😨).

Ciao Yangon

C’est en rentrant à l’hôtel que l’on trouve le graal 🏆. En effet, cela fait 1 mois que nous cherchons en vain un dé à coudre afin de pouvoir apposer nos superbes drapeaux français sur nos sac-à-dos 🇫🇷. Cette noble quête s’avéra difficile, nous faillîmes renoncer à plusieurs reprises (mais comme le bambou nous avons plié mais nous n’avons pas cassé 🎍). Bref, on a enfin notre dé à coudre.

C’est sur cette victoire que nous retournons à l’hôtel, c’est la fin de l’après midi et la réceptionniste nous offre gentiment la possibilité de prendre une douche gratuite 🚿. Eh oui car on a un bus de nuit qui nous attend : n’étant pas des fans de grande ville, on ne souhaite pas trop s’attarder. Juste avant de partir, en attendant Clem, un énorme rat 🐀 traverse le hall d’accueil, charmant. Bon allez on y va, direction l’arrêt bus pour la gare routière. On attend 5 minutes et on grimpe dans un bus local quasi bondé, Clem demande à une jeune femme si on va bien en direction de la gare. La jeune femme ne comprend pas bien du premier coup, mais la seconde fois tout le bus nous dit en chœur « oui oui c’est bon ». Trop marrant, ils sont sympas ces birmans ☺️. On en a pour 1h30 de trajet, on est debout avec nos gros sacs vu que toutes les places sont prises 😪. On est devant les portes de sortie donc à chaque arrêt on est obligé de descendre et de remonter, pas pratique. Mais tout ça, c’était sans compter sur la gentillesse des birmans. Au bout de dix minutes un gars nous fait signe et nous laisse sa place, Clem peut s’asseoir c’est cool. Deux minutes plus tard son voisin fait de même, impeccable merci les gars 👍🏻. Finalement nous mettrons moins d’une heure pour rejoindre la gare routière génial !

Arrivés à la gare, on galère un peu puis finalement on trouve notre compagnie, JJ Express. Les blogs la recommandent donc on ne se fait pas trop de soucis. On pose nos sacs à l’accueil et on mange un bout juste à coté en prenant une draught beer 🍻. Notre bus arrive et y a pas à dire il en jette ! JJ Express ne fait pas les choses à moitié, le bus est super moderne, les sièges hyper confortables, on va être bien pour notre trajet de nuit. Dans 12h nous serons à notre prochaine étape, Bagan !

Clem des Roux Roots

Guesthouse 😴 :
20th street hostel : 1 dodo

Le 23 & 24 février

Hpa-An, Myanmar

Hpa-An : une excursion à la journée

Jojo les Roux Roots
Clem les Roux Roots

ARTICLE RÉDIGÉ PAR JOJO  🖋

ARTICLE COMMENTÉ PAR CLEM
EN ITALIQUE ROUX  💬

Débarquement au Galaxy Motel

Notre taxi nous dépose en début d’après-midi au Galaxy Motel, après la traversée de la frontière Thaïlande 🇹🇭 – Myanmar 🇲🇲. Le personnel est hyper sympa et parle un peu français. On fait notre check-in, deux jeunes nous montent nos sacs à toute vitesse, royal 😎. Peu de temps après on part en direction d’un restaurant typiquement birman que l’hôtel nous a conseillé. On s’y installe et on commande : canard pour moi 🦆 et Clem, ben on ne sait plus (si en fait des pommes de terres sautées un poil épicées). Cinq minutes plus tard, une serveuse nous dépose une dizaine de petits récipients en métal recouvert chacun d’un couvercle. 

Hpa-An, Myanmar

Tiens késako 🧐 ? Ben franchement c’est difficile à identifier. On fait très rapidement une sélection entre ce qui pue 🤢 et ce qui est spicy 🌶, il ne reste pas grand chose. Les viandes arrivent avec le riz, on agrémente le tout avec des oignons frits et voilà ! Bon ben pour le moment la gastronomie du Myanmar on n’est pas fan.

De retour à l’hôtel on rencontre Andrée et Marc, un couple belge 🇧🇪 à la retraite hyper sympa (qu’on retrouvera plus tard à Bagan) et on se renseigne sur les activités. La plus populaire est de louer un tuk-tuk à plusieurs pour faire le tour des grottes durant la journée pour 10000 kyats à deux soit 6€, allez banco on fait ça demain ! Pour finir l’après-midi on prend un bateau ⚓️ pour traverser la rivière en direction d’un spot pour le coucher de soleil 🌅. On traverse un petit village, les habitations sont très rudimentaires, les poules 🐓 évoluent librement autour des habitants, des petits tas d’ordures sont brûlés, on commence à prendre conscience que le pays est bien plus pauvre que la Thaïlande. Arrivés sur les hauteurs nous observons la vue sur Hpa-An et le soleil descendant. Tout est plat et très agricole autour de la ville, des montagnes sortant de nulle part habillent le paysage, nous voilà vraiment arrivés au Myanmar.

Tuk-Tuk tour : des grottes encore des grottes

Le lendemain matin on prend le petit déj à 8h quand soudain dans la rue on voit une procession de moines. Ils sont au moins 200 les uns derrière les autres en quête d’offrandes 😲 ! Les garçons de l’hôtel nous expliquent que cela n’arrive que 2 ou 3 fois par an, bizarre on pensait pourtant que c’était tous les matins 🤔. Bref en tout cas une belle surprise pour nous. À 9h notre tuk-tuk vient nous chercher, nous sommes accompagnés d’un couple d’allemands 🇩🇪, peu bavards mais bon. Le tuk-tuk c’est rigolo mais ça secoue dans tous les sens ! Surtout que seulement 20% des routes sont goudronnées, le reste c’est souvent de la piste avec de la terre rouge très volatile, autant vous dire qu’on finira la journée dégueu (comme des cochonous 🐽), les fringues pleines de poussière.

On roule au milieu de superbes paysages karstiques et de villages où l’on répond aux innombrables « Mingala ba » des enfants, on est conquis. Durant la matinée on visite :

  • la jolie grotte de Kaw Ka Thaung à l’intérieur de laquelle se trouve un temple
  • l’impressionnante grotte de Sadan qu’on traverse en entier sous les cris des chauves-souris 🦇 (les grottes étant sacrées elles se visitent donc pieds nus = caca de chauves-souris plein les petons 💩) ; superbe retour en pirogue 🚣‍♂️ et petite marche au trot au milieu des rizières verdoyantes pour rejoindre le tuk-tuk

On rejoint ensuite Waterfall Village pour déjeuner. Bon, en fait zéro cascade mais plutôt deux pauvres bassins où beaucoup de jeunes birmans se retrouvent pour se bagarrer dans l’eau 💦. Le premier, situé en amont, est réservé aux hommes pour la baignade ou pour se laver. Le second, là où il y a le plus de monde, est davantage destiné à l’amusement et les femmes peuvent s’y baigner (sérieux, on a vraiment le droit ? Trop de bonté 🙏🏼). L’ambiance y est très joyeuse, surtout quand les jeunes Birmans voient des filles européennes ils font le show. Il faut dire que le jeune birman est costaud, à force de bosser dans les champs pas besoin d’aller à la salle de sport 💪🏼!

On poursuit ensuite notre excursion avec :

  • le monastère de Kyauk Ka Lat perché sur son rocher, très beaux paysages, on est charmés 😍 ; c’est à cet endroit qu’on nous remettra notre 1er bracelet birman de quelques ficelles jaunes
  • la grotte de Kaw Gone et ses milliers de mini bouddhas nichés dans la roche : on la visite rapidement, cher pour ce que c’est (d’autant que je passe la moitié du temps à éviter les missiles lâchés par les pigeons 🐦), heureusement quelqu’un nous indique un escalier menant à un joli panorama
  • la mystérieuse grotte de Yathay Pyan où on profite à l’entrée de se laver les pieds (on a les panards puants 👣) : il faut aller puiser l’eau au puits (ho-hisse la saucisse). Une fois les petons tout propres, on part explorer la grotte (oui on aurait dû faire l’inverse mais bon 🙄). Celle-ci est immense et on peut la traverser pour se retrouver de l’autre côté de la montagne. Un petit chemin en bois y est aménagé pour déboucher sur une plate-forme en hauteur où trône un bouddha. Le lieu offre une vue imprenable sur les rizières environnantes, c’est vraiment magique avec le soleil qui commence à se coucher tout doux 🤩. On s’y attarde un bon moment car on n’arrive pas à se décrocher de ce spectacle hypnotisant, d’ailleurs le couple d’allemands n’est pas très content car eux n’ont pas souhaité visiter la grotte et ont poireauté près du tuk-tuk (tant pis pour eux 😝!). Il nous reste en effet encore une étape, pour laquelle on ne doit pas être en retard…
Kyauk Ka, Myanmar
Grotte de Kaw Gone, Myanmar
BATMAN IS COMING !

Dix minutes plus tard on arrive à notre dernière destination : la Bat Cave 🦇 ! Tous les touristes sont déjà installés et attendent la sortie des chauves-souris (c’est nous les retardataires 😇). On prend place à notre tour et 20 minutes plus tard le show commence ✨. Au travers d’une petite ouverture quelques chauves-souris commencent à s’envoler suivies par « oooh 😮 » de la foule. Deux birmans tapent sur des bidons vides pour les stimuler (mouais, pas top). Le flux de chauves-souris s’intensifie de plus en plus, on en prend plein les yeux : elles forment des essaims tels les étourneaux en automne en France 🦇 (quelle comparaison poétique). Le tout avec les couleurs du coucher de soleil au bord de la rivière, c’est incroyable et vraiment beau 😍, on ne regrette pas notre virée.

Suite à ça, nous rentrons de nuit à notre hôtel ; on remercie chaleureusement notre chauffeur qui nous a permis de découvrir la region sans jamais nous mettre la pression pour les arrêts 👍🏻.

Le lendemain on part pour Yangon, l’ancienne capitale du Myanmar !

Bat Cave Myanmar

Guesthouse 😴 :
The Galaxy Motel : 2 dodos

Du 21 au 22 février

Frontière Thaïlande Myanmar

La frontière Myanmar-Thaïlande c’est du gâteau

Jojo les Roux Roots
Clem les Roux Roots

ARTICLE RÉDIGÉ PAR JOJO  🖋

ARTICLE COMMENTÉ PAR CLEM
EN ITALIQUE ROUX  💬

Épisode 1 :
Thaïlande -> Myanmar

Bangkok by night

Hier nous avons acheté nos billets en vue de passer la frontière du Myanmar 🇲🇲 (ex-Birmanie pour les incultes). Première étape Bangkok 📍! Nous voilà partis de Ko Phan Ngan, sur le coup des 13h. Après 5h de bateau ⛴ dans un brouhaha épuisant nous descendons à Chumphon. Nous mangeons rapidement dans une cantine et grimpons dans le bus où dix heures de trajet nous attendent en théorie… Il est 2h50 du matin quand le bus s’arrête, le chauffeur ouvre la porte et gueule « Last stop ! Last Stop ! » Hein ? Quoi ? Déjà ? Ah ben oui on est bien à Bangkok mais pas à Khao San Road comme convenu ; en fait plutôt à côté d’une voie rapide. Nous voilà jetés au milieu de Bangkok (OMG 😱), les chauffeurs de taxi nous harcèlent  “Taxi ! Taxi ! Taxi !“. Super le réveil 😑… Bon nous on s’en fout, on récupère nos sacs et on capte (grâce à maps.me notre meilleur ami) qu’on est à 200 m de Khao San. Ah ces thaï, toujours un petit plan pour se faire des sous 🤑.

Durant notre balade nocturne on croise des mecs qui se battent en mode free fight made in Thaïlande 🥊, la fin d’une nuit de folie sur Khao San Road (nettoyage des bars, des mecs finissant de cuver, des prostituées rentrant…) et finalement on échoue dans un Mcdo 🍔, merci les ricains🤘. On rencontre un français qui nous conseille de prendre les bus locaux pour rejoindre notre gare routière ; il nous faut en effet prendre encore un bus pour rejoindre la frontière 🚍. Après un peu de recherche, on trouve le bon bus et cela nous coûte seulement 14 Baths à 2. Wait what ?! Soit moins de 0,50€, ridicule à côté de ce qu’on aurait payé  si on avait pris un tuk-tuk/taxi. Vive les économies !

Mc Donald's à Bangkok
C'est l'éclate dans le bus

La gare de Mochit 2 est un vrai labyrinthe à ciel ouvert mais au bout de 20 mn on arrive à trouver un bus direction Tak, il est 7h30 🕢. Nous devrions (notez bien l’usage du conditionnel) en avoir pour 6h de trajet. Jacky, notre chauffeur, teste régulièrement les capacités d’accélération et de freinage de son bolide quand soudain, 20 minutes avant d’arriver, dans un virage pris peut-être un peu brusquement (juste un peu 😝), PAF un pneu éclate !

Pas de panique, on s’arrête sur le bas côté pour évaluer la situation 🤔. Cinq minutes s’écoulent lorsqu’une femme avec un gros compresseur chargé à l’arrière de son pick-up s’arrête. Jackie et la femme tchachent 1 minute : “Ok no prob, I’m calling the bros”. Les frérots de la Vega débarquent 10 minutes plus tard avec un pick-up (pour changer) et un compresseur encore plus énorme. On a aussi oublié de vous dire que dans notre super bus, on a une super hôtesse 👩🏼‍✈️ enfin un lady boy, le vrai stéréotype. Bref, dehors ça joue les gros bras pour démonter le pneu éclaté, avec les gros outils 🛠 et les bras qui transpirent 💪🏼. C’est à ce moment-là que notre hôtesse commence à entrer en éruption 🔥. Jacky sort le pneu de rechange, bien bien lisse, on va pouvoir rouler telle une formule 1 sur piste sèche 🏎. Les frérots enlèvent le pneu, sauf qu’en explosant la tôle autour du bus s’est déformée du coup le nouveau ne rentre pas. C’est ballot 🤪 ! “Pas de problème Jacky, t’inquiète on va te redresser tout ça”. Après que les frérots aient martelé pendant 15 minutes, transpiré à grosses gouttes 💧et fait péter leur t-shirts 👕 (c’est lors de cette dernière étape que notre hôtesse a sombré dans le coma) la roue de secours peut être mise en place (halleluia 🙏🏼). Allez, on boulonne tout ça, on range les outils, on réveille l’hôtesse et cassos. Temps de l’opération : 1h (durant laquelle Clem dormira 45 minutes 😴).

Finalement on arrive à Tak à 15h15 avec 2h de retard. On débarque, on se renseigne pour Mae Sot (ville frontalière avec le Myanmar, notre dernière étape côté Thaïlande) : un minivan part à 15h30 🚐, pas le temps pour une pause pipi, on saute dedans, c’est parti ! Croyez le ou non, mais oui, 2h plus tard nous voilà à Mae sot, Clem saute du mini van et court vers les toilettes 🚽 telle une Savoyarde en manque de raclette 🧀 (tout à fait). Une fois les niveaux faits, nous prenons une petite guesthouse située à deux pas, ça fait quasiment 30h qu’on est dans les transports en commun, on a besoin d’une petite douche 🚿 (un décrassage complet plutôt !) et de dormir dans un vrai lit 🛏.

Pneu éclaté bus thaïlande
Clem Les Roux Roots
Border time : c'est parti mon kiki !

Le lendemain matin nous partons à 7h pour prendre un songthaew en direction de la frontière. Nous attendons 20 minutes qu’il se remplisse… de Birmans ! On est serré comme des saucissons au rayon charcut’(sisi). Comme prévu on arrive à la frontière, il y a beaucoup de monde, des guichets et des queues dans tous les sens. On nous fait signe d’aller au guichet spécial étranger où il y a dégun, parfait 👌🏼. Cinq minutes et deux tampons de sortie du territoire plus tard, nous empruntons le pont de l’amitié en direction du Myanmar.

Arrivés à la frontière, nous voilà dans le petit bureau de l’immigration avec un jeune officier 🛂. Je passe en premier et lui présente mon e-visa, il tapote sur son ordi, me prend en photo via la webcam (je suis une star 😎), il ne parle quasiment pas mais fini par tamponner mon passeport. Yes c’est bon 👍🏻, au tour de Clem. Pendant qu’elle fait elle aussi sa star, un agent plus vieux, la cinquantaine, entre dans le bureau. Il regarde un peu mes papiers, me dit quelques mots en anglais, voit que je suis français et me sort une phrase incompréhensible 🤨. Du vrai charabia. Je lui demande de répéter, 1 fois, 2 fois, je capte toujours rien 🤯, je me dit “ça craint il va le prendre mal, on va finir par se faire refouler ». Et là Clem qui écoutait d’une oreille attentive 👂🏼 crie “c’est parti mon kiki !!” (expression inutilisée depuis 1950). L’officier atteste en souriant et répète “c’est parti mon kiki” avec son accent birman. Tout le monde rigole, l’atmosphère se détend, le passeport de Clem est tamponné, on remercie tout le monde, l’aventure au Myanmar peut commencer 🇲🇲 !

Immigration Tak Thaïlande
Mr beauty à votre service

Nous voilà avec nos passeports fraîchement tamponnés quand un homme nous aborde directement « Where’re you going ? » Hpa-Pan (prononcer Pa Ane). Ok no problem 🙌. On le suit et on achète des billets pour un taxi. On discute un peu en attendant notre futur chauffeur, le gars finit par nous donner sa carte : il s’appelle Mr Beauty, le birman a le sens de l’humour 😅 (non pas qu’il fut particulièrement laid). Un quart d’heure plus tard une voiture break arrive, c’est notre chauffeur (chauffeur chauffeur si t’es champion appuie sur le champignon 🍄), on s’installe, il est 10h.

Nous multiplions les arrêts dans la ville pour tenter de remplir notre voiture et très rapidement nous découvrons les particularités du Myanmar :

  •  Ici on conduit à droite, mais le volant est quasiment toujours à gauche 😬 (le Myanmar a changé récemment le sens de circulation mais importe ses voiture des pays voisins dans lesquels ils roulent à gauche, intelligent et très pratique pour doubler 🙄…).
  • Quasiment tous les hommes portent le longyi, sorte de jupe/tube noué sur le devant.
  • Beaucoup d’hommes mâchent également du Bétel. Une petite feuille 🍃 dans laquelle se trouvent quelques morceaux de noix, parfois du piment en poudre 🌶, le tout imbibé dans de la chaux (so delicious !). Les birmans mâchent ça jusqu’à ce qu’ils en aient plein la bouche et recrachent la mixture devenue rouge sur les trottoirs, la route ou autre laissant des jolies trainées rouges artistiques et très typiques (très classe). Nous n’avons pas testé mais apparemment cela engendre un effet comme si on était un peu ivre ou stone “un peu comme l’opium” selon Jordan notre guide (que vous découvrirez lors de notre trek Kalaw- Lac Inle). Les effets secondaires de cette pratique sont de ronger et déchausser les dents (merci la chaux !), rendre les lèvres et les dents rouges et très sales, c’est ce qu’on appelle le sourire Birman 😆 !
  • Par ailleurs il y a des détritus et du plastique partout dans la ville, le long des routes : les birmans jettent tout par terre, les poubelles n’existent pas (cracra et triste pour notre planète 😢🌏). On croise aussi quelques militaires à bord de picks-up, lance-roquettes à la main et recharges dans le dos, ok tout va bien 💣.
On the road again

Après avoir multiplié les arrêts, nous voilà vraiment partis, c’est pas tout mais on aimerait bien arriver à Hpa-An nous (s’iouplait ☝🏼). Sur le trajet on nous demande 3 fois de sortir nos passeports et visa. Des militaires parfois douteux notent nos informations mais aucun bakchichs donc ça va. La première partie est très vallonnée, la seconde très plate et poussiéreuse où s’enchainent les plantations d’hévéas ou de pastèques 🍉. Durant le trajet je suis à l’avant, les genoux encastrés dans le tableau de bord, il fait chaud mais ça va. Clem est à l’arrière, côté fenêtre, un gars au milieu et une femme à gauche. Le gars mâche du bétel bien sûr et crache régulièrement sa mixture dans une bouteille vide (t’as pas faim Clem ? Tiens, bizarre 🤔…). Durant le trajet notre chauffeur récupère une famille 👪 qu’il installe confortablement dans le coffre au milieu de nos gros sacs, y’a pas de petits profits !

Finalement nous arrivons à 14h15 à Hpa-An après plus de 4h de trajet. Notre chauffeur nous dépose à notre hôtel, le Galaxy Motel 🏨. La suite à découvrir dans notre prochain article 😉.

Guesthouse 😴 :
Zee guesthouse : 1 dodo
Le 20 février 2018

Épisode 2 :
Myanmar -> Thaïlande
 

Départ pour Mae Sot, retour en Thaïlande 🇹🇭. Au petit matin, on prend un minivan depuis Mawlamyine en direction de la frontière thaïlandaise.

On fait la rencontre d’Alexis et Elise 🇫🇷, alias Notre année « sympathique ». On discute avec eux tout le long du trajet, ils sont super sympas et on a vraiment aimé échanger avec eux (#teamgeonaute⌚️). Le chauffeur est top également, en effet si vous avez suivi nos aventures jusqu’ici, vous savez qu’à l’aller on s’est fait contrôler un bon nombre de fois nos passeports 🛂 (sinon il suffit de lire l’épisode 1 juste au-dessus ⬆️). Sur ce trajet, rien du tout, et le chauffeur me fait plus ou moins comprendre qu’il a payé pour qu’on soit pas embêté, sympa, merci m’sieur 🙏🏼 (bon en fait il faut préciser qu’on a aussi payé ce trajet plus cher que le précédent, ceci explique cela 🤪).

On repasse donc la frontière sans encombre, bye bye le Myanmar 🇲🇲, on a adoré te découvrir 😍. Nous revoilà en Thaïlande, direction la gare de bus afin d’acheter un billet pour Bangkok car le Népal nous attend. Bon, je dois être honnête, mon mal de ventre est toujours présent (le boui-boui de Mawlamyine n’était pas bien passé), plus que je pouvais m’y attendre (ça sent pas bon…😬). On décide donc finalement de finir la journée sur Mae Sot plutôt que d’enchainer avec le bus pour Bangkok. On expérimente pour la première fois le stop 👍🏻 car on n’est pas loin de la guesthouse où on a dormi lors de notre dernier passage à Mae Sot. Et bien ça fonctionne plutôt pas mal, on grimpe à l’arrière d’un pick up, cheveux au vent 💨. On est comme des dingues car on a wifi de fou (inexplicable), ce qui nous permet de sauvegarder une partie de nos photos/vidéos sur le cloud ☁️ (c’est un combat quotidien).

On se rend au petit matin une nouvelle fois à la station de bus pour rejoindre Bangkok. On a booké notre billet la vieille et le trajet dure quelques heures mais il est direct jusqu’à la capitale.

Chers lecteurs, nous vous invitons à découvrir notre passage éclair ⚡️ à Bangkok dans l’article consacré à … Bangkok 🤓.

Myanmar-Thaïlande
Myanmar-Thaïlande

Guesthouse 😴 :
Zee guesthouse : 1 dodo
Le 12 mars 2018