Frontière Thaïlande Myanmar

La frontière Myanmar-Thaïlande c’est du gâteau

Jojo les Roux Roots
Clem les Roux Roots

ARTICLE RÉDIGÉ PAR JOJO  🖋

ARTICLE COMMENTÉ PAR CLEM
EN ITALIQUE ROUX  💬

Épisode 1 :
Thaïlande -> Myanmar

Bangkok by night

Hier nous avons acheté nos billets en vue de passer la frontière du Myanmar 🇲🇲 (ex-Birmanie pour les incultes). Première étape Bangkok 📍! Nous voilà partis de Ko Phan Ngan, sur le coup des 13h. Après 5h de bateau ⛴ dans un brouhaha épuisant nous descendons à Chumphon. Nous mangeons rapidement dans une cantine et grimpons dans le bus où dix heures de trajet nous attendent en théorie… Il est 2h50 du matin quand le bus s’arrête, le chauffeur ouvre la porte et gueule « Last stop ! Last Stop ! » Hein ? Quoi ? Déjà ? Ah ben oui on est bien à Bangkok mais pas à Khao San Road comme convenu ; en fait plutôt à côté d’une voie rapide. Nous voilà jetés au milieu de Bangkok (OMG 😱), les chauffeurs de taxi nous harcèlent  “Taxi ! Taxi ! Taxi !“. Super le réveil 😑… Bon nous on s’en fout, on récupère nos sacs et on capte (grâce à maps.me notre meilleur ami) qu’on est à 200 m de Khao San. Ah ces thaï, toujours un petit plan pour se faire des sous 🤑.

Durant notre balade nocturne on croise des mecs qui se battent en mode free fight made in Thaïlande 🥊, la fin d’une nuit de folie sur Khao San Road (nettoyage des bars, des mecs finissant de cuver, des prostituées rentrant…) et finalement on échoue dans un Mcdo 🍔, merci les ricains🤘. On rencontre un français qui nous conseille de prendre les bus locaux pour rejoindre notre gare routière ; il nous faut en effet prendre encore un bus pour rejoindre la frontière 🚍. Après un peu de recherche, on trouve le bon bus et cela nous coûte seulement 14 Baths à 2. Wait what ?! Soit moins de 0,50€, ridicule à côté de ce qu’on aurait payé  si on avait pris un tuk-tuk/taxi. Vive les économies !

Mc Donald's à Bangkok
C'est l'éclate dans le bus

La gare de Mochit 2 est un vrai labyrinthe à ciel ouvert mais au bout de 20 mn on arrive à trouver un bus direction Tak, il est 7h30 🕢. Nous devrions (notez bien l’usage du conditionnel) en avoir pour 6h de trajet. Jacky, notre chauffeur, teste régulièrement les capacités d’accélération et de freinage de son bolide quand soudain, 20 minutes avant d’arriver, dans un virage pris peut-être un peu brusquement (juste un peu 😝), PAF un pneu éclate !

Pas de panique, on s’arrête sur le bas côté pour évaluer la situation 🤔. Cinq minutes s’écoulent lorsqu’une femme avec un gros compresseur chargé à l’arrière de son pick-up s’arrête. Jackie et la femme tchachent 1 minute : “Ok no prob, I’m calling the bros”. Les frérots de la Vega débarquent 10 minutes plus tard avec un pick-up (pour changer) et un compresseur encore plus énorme. On a aussi oublié de vous dire que dans notre super bus, on a une super hôtesse 👩🏼‍✈️ enfin un lady boy, le vrai stéréotype. Bref, dehors ça joue les gros bras pour démonter le pneu éclaté, avec les gros outils 🛠 et les bras qui transpirent 💪🏼. C’est à ce moment-là que notre hôtesse commence à entrer en éruption 🔥. Jacky sort le pneu de rechange, bien bien lisse, on va pouvoir rouler telle une formule 1 sur piste sèche 🏎. Les frérots enlèvent le pneu, sauf qu’en explosant la tôle autour du bus s’est déformée du coup le nouveau ne rentre pas. C’est ballot 🤪 ! “Pas de problème Jacky, t’inquiète on va te redresser tout ça”. Après que les frérots aient martelé pendant 15 minutes, transpiré à grosses gouttes 💧et fait péter leur t-shirts 👕 (c’est lors de cette dernière étape que notre hôtesse a sombré dans le coma) la roue de secours peut être mise en place (halleluia 🙏🏼). Allez, on boulonne tout ça, on range les outils, on réveille l’hôtesse et cassos. Temps de l’opération : 1h (durant laquelle Clem dormira 45 minutes 😴).

Finalement on arrive à Tak à 15h15 avec 2h de retard. On débarque, on se renseigne pour Mae Sot (ville frontalière avec le Myanmar, notre dernière étape côté Thaïlande) : un minivan part à 15h30 🚐, pas le temps pour une pause pipi, on saute dedans, c’est parti ! Croyez le ou non, mais oui, 2h plus tard nous voilà à Mae sot, Clem saute du mini van et court vers les toilettes 🚽 telle une Savoyarde en manque de raclette 🧀 (tout à fait). Une fois les niveaux faits, nous prenons une petite guesthouse située à deux pas, ça fait quasiment 30h qu’on est dans les transports en commun, on a besoin d’une petite douche 🚿 (un décrassage complet plutôt !) et de dormir dans un vrai lit 🛏.

Pneu éclaté bus thaïlande
Clem Les Roux Roots
Border time : c'est parti mon kiki !

Le lendemain matin nous partons à 7h pour prendre un songthaew en direction de la frontière. Nous attendons 20 minutes qu’il se remplisse… de Birmans ! On est serré comme des saucissons au rayon charcut’(sisi). Comme prévu on arrive à la frontière, il y a beaucoup de monde, des guichets et des queues dans tous les sens. On nous fait signe d’aller au guichet spécial étranger où il y a dégun, parfait 👌🏼. Cinq minutes et deux tampons de sortie du territoire plus tard, nous empruntons le pont de l’amitié en direction du Myanmar.

Arrivés à la frontière, nous voilà dans le petit bureau de l’immigration avec un jeune officier 🛂. Je passe en premier et lui présente mon e-visa, il tapote sur son ordi, me prend en photo via la webcam (je suis une star 😎), il ne parle quasiment pas mais fini par tamponner mon passeport. Yes c’est bon 👍🏻, au tour de Clem. Pendant qu’elle fait elle aussi sa star, un agent plus vieux, la cinquantaine, entre dans le bureau. Il regarde un peu mes papiers, me dit quelques mots en anglais, voit que je suis français et me sort une phrase incompréhensible 🤨. Du vrai charabia. Je lui demande de répéter, 1 fois, 2 fois, je capte toujours rien 🤯, je me dit “ça craint il va le prendre mal, on va finir par se faire refouler ». Et là Clem qui écoutait d’une oreille attentive 👂🏼 crie “c’est parti mon kiki !!” (expression inutilisée depuis 1950). L’officier atteste en souriant et répète “c’est parti mon kiki” avec son accent birman. Tout le monde rigole, l’atmosphère se détend, le passeport de Clem est tamponné, on remercie tout le monde, l’aventure au Myanmar peut commencer 🇲🇲 !

Immigration Tak Thaïlande
Mr beauty à votre service

Nous voilà avec nos passeports fraîchement tamponnés quand un homme nous aborde directement « Where’re you going ? » Hpa-Pan (prononcer Pa Ane). Ok no problem 🙌. On le suit et on achète des billets pour un taxi. On discute un peu en attendant notre futur chauffeur, le gars finit par nous donner sa carte : il s’appelle Mr Beauty, le birman a le sens de l’humour 😅 (non pas qu’il fut particulièrement laid). Un quart d’heure plus tard une voiture break arrive, c’est notre chauffeur (chauffeur chauffeur si t’es champion appuie sur le champignon 🍄), on s’installe, il est 10h.

Nous multiplions les arrêts dans la ville pour tenter de remplir notre voiture et très rapidement nous découvrons les particularités du Myanmar :

  •  Ici on conduit à droite, mais le volant est quasiment toujours à gauche 😬 (le Myanmar a changé récemment le sens de circulation mais importe ses voiture des pays voisins dans lesquels ils roulent à gauche, intelligent et très pratique pour doubler 🙄…).
  • Quasiment tous les hommes portent le longyi, sorte de jupe/tube noué sur le devant.
  • Beaucoup d’hommes mâchent également du Bétel. Une petite feuille 🍃 dans laquelle se trouvent quelques morceaux de noix, parfois du piment en poudre 🌶, le tout imbibé dans de la chaux (so delicious !). Les birmans mâchent ça jusqu’à ce qu’ils en aient plein la bouche et recrachent la mixture devenue rouge sur les trottoirs, la route ou autre laissant des jolies trainées rouges artistiques et très typiques (très classe). Nous n’avons pas testé mais apparemment cela engendre un effet comme si on était un peu ivre ou stone “un peu comme l’opium” selon Jordan notre guide (que vous découvrirez lors de notre trek Kalaw- Lac Inle). Les effets secondaires de cette pratique sont de ronger et déchausser les dents (merci la chaux !), rendre les lèvres et les dents rouges et très sales, c’est ce qu’on appelle le sourire Birman 😆 !
  • Par ailleurs il y a des détritus et du plastique partout dans la ville, le long des routes : les birmans jettent tout par terre, les poubelles n’existent pas (cracra et triste pour notre planète 😢🌏). On croise aussi quelques militaires à bord de picks-up, lance-roquettes à la main et recharges dans le dos, ok tout va bien 💣.
On the road again

Après avoir multiplié les arrêts, nous voilà vraiment partis, c’est pas tout mais on aimerait bien arriver à Hpa-An nous (s’iouplait ☝🏼). Sur le trajet on nous demande 3 fois de sortir nos passeports et visa. Des militaires parfois douteux notent nos informations mais aucun bakchichs donc ça va. La première partie est très vallonnée, la seconde très plate et poussiéreuse où s’enchainent les plantations d’hévéas ou de pastèques 🍉. Durant le trajet je suis à l’avant, les genoux encastrés dans le tableau de bord, il fait chaud mais ça va. Clem est à l’arrière, côté fenêtre, un gars au milieu et une femme à gauche. Le gars mâche du bétel bien sûr et crache régulièrement sa mixture dans une bouteille vide (t’as pas faim Clem ? Tiens, bizarre 🤔…). Durant le trajet notre chauffeur récupère une famille 👪 qu’il installe confortablement dans le coffre au milieu de nos gros sacs, y’a pas de petits profits !

Finalement nous arrivons à 14h15 à Hpa-An après plus de 4h de trajet. Notre chauffeur nous dépose à notre hôtel, le Galaxy Motel 🏨. La suite à découvrir dans notre prochain article 😉.

Guesthouse 😴 :
Zee guesthouse : 1 dodo
Le 20 février 2018

Épisode 2 :
Myanmar -> Thaïlande
 

Départ pour Mae Sot, retour en Thaïlande 🇹🇭. Au petit matin, on prend un minivan depuis Mawlamyine en direction de la frontière thaïlandaise.

On fait la rencontre d’Alexis et Elise 🇫🇷, alias Notre année « sympathique ». On discute avec eux tout le long du trajet, ils sont super sympas et on a vraiment aimé échanger avec eux (#teamgeonaute⌚️). Le chauffeur est top également, en effet si vous avez suivi nos aventures jusqu’ici, vous savez qu’à l’aller on s’est fait contrôler un bon nombre de fois nos passeports 🛂 (sinon il suffit de lire l’épisode 1 juste au-dessus ⬆️). Sur ce trajet, rien du tout, et le chauffeur me fait plus ou moins comprendre qu’il a payé pour qu’on soit pas embêté, sympa, merci m’sieur 🙏🏼 (bon en fait il faut préciser qu’on a aussi payé ce trajet plus cher que le précédent, ceci explique cela 🤪).

On repasse donc la frontière sans encombre, bye bye le Myanmar 🇲🇲, on a adoré te découvrir 😍. Nous revoilà en Thaïlande, direction la gare de bus afin d’acheter un billet pour Bangkok car le Népal nous attend. Bon, je dois être honnête, mon mal de ventre est toujours présent (le boui-boui de Mawlamyine n’était pas bien passé), plus que je pouvais m’y attendre (ça sent pas bon…😬). On décide donc finalement de finir la journée sur Mae Sot plutôt que d’enchainer avec le bus pour Bangkok. On expérimente pour la première fois le stop 👍🏻 car on n’est pas loin de la guesthouse où on a dormi lors de notre dernier passage à Mae Sot. Et bien ça fonctionne plutôt pas mal, on grimpe à l’arrière d’un pick up, cheveux au vent 💨. On est comme des dingues car on a wifi de fou (inexplicable), ce qui nous permet de sauvegarder une partie de nos photos/vidéos sur le cloud ☁️ (c’est un combat quotidien).

On se rend au petit matin une nouvelle fois à la station de bus pour rejoindre Bangkok. On a booké notre billet la vieille et le trajet dure quelques heures mais il est direct jusqu’à la capitale.

Chers lecteurs, nous vous invitons à découvrir notre passage éclair ⚡️ à Bangkok dans l’article consacré à … Bangkok 🤓.

Myanmar-Thaïlande
Myanmar-Thaïlande

Guesthouse 😴 :
Zee guesthouse : 1 dodo
Le 12 mars 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *