Myanmar

Les anciennes villes royales de Mandalay

Clem les Roux Roots
Jojo les Roux Roots

ARTICLE RÉDIGÉ PAR CLEM  🖋

ARTICLE COMMENTÉ PAR JOJO
EN ITALIQUE ROUX  💬

En route les Roux Roots !

Oui nous sommes allés à Mandalay, non nous ne l’avons pas visité. Pourquoi 🧐 ? Tout simplement car on avait lu globalement de mauvais échos sur la ville et les visites qui ne valaient pas le prix, et que de toute façon on n’est pas très grande ville 🏢. Car il faut savoir que Mandalay est la seconde ville la plus importante du pays ! Par contre, on a souhaité faire un stop ici pour pouvoir rayonner en une journée dans les alentours de Mandalay ou siègent les anciennes villes royales 👑. Au Myanmar visiblement on change de capitale comme de chaussettes 🧦(de chemise plutôt 😏).

Arrivés depuis Bagan par bus 🚌, on s’installe dans notre hôtel en plein Mandalay et on est d’attaque le lendemain pour découvrir Sagaing, Amarapura et Ava (nous n’avons pas visité Mingun, la quatrième ville royale des environs par souci de temps et de porte-monnaie 💸).

Au moment de louer notre scooter à l’hôtel le matin, le réceptionniste nous met en garde : la conduite à Mandalay a son propre code de la route, et c’est assez dangereux, il nous déconseille donc de prendre un scoot 🛵. On ne se laisse pas impressionner (bon un peu quand même) et qu’à cela ne tienne on décide de prendre le scoot en prenant soin de faire très attention, comme d’habitude de toute façon (tout va bien papa 😇).

Se faire proposer une visite guidée par un moine : arnaque ou pas ?

On quitte Mandalay pour se diriger vers Amarapura en longeant le fleuve de l’Irrawaddy, et ce qui nous choque en premier c’est la misère le long du fleuve 😔. Ici les gens vivent dans l’insalubrité et on ne peut même pas parler de logements car il s’agit plus de trois bouts de tôles branlantes et d’amas de déchets partout. Les gens vivent sur le terre-plein de 4 mètres de large au milieu de la route sans cesse empruntée par les scooters, camions, tracteurs bruyants…

On arrive à Amarapura où l’on fait un premier arrêt à un temple en teck rouge finement ciselé ✂️. On se dirige ensuite vers le monastère de Mahagandayon où l’on peut assister à la procession de moines qui reçoivent leurs offrandes quotidiennes avant de prendre leur dernier repas de la journée avant 12h 😱 (inimaginable pour Clem).

Amarapura, Myanmar
Amarapura, Myanmar

À peine le scooter garé, un moine nous accoste en anglais 🇬🇧 quelques mètres plus loin (hum un peu rapide non 🤔 ?). On échange un peu avec lui, une chinoise prend un selfie avec moi puis demande au moine de se joindre à nous. Ce dernier décline poliment mais on sent bien qu’il n’aime pas trop ces manières ✋. D’ailleurs par la suite il nous confiera ne pas aimer les chinois, en tout cas leur comportement🤷🏻‍♀️. Moi je m’en fiche je fais ma star sur les selfies 😎 (genre la meuf). Le moine nous propose de nous faire faire un tour du monastère car nous avons un peu de temps devant nous avant la procession (vous le sentez venir ou pas ?).

Après notre arnaque à la pagode de Shwedagon à Yangon on devient de plus en plus méfiant. On échange un regard  👀 en mode « bon c’est un moine, à priori je le vois mal nous demander des sous, en plus il a l’air vraiment sympa, il y a plein de monde, ça devrait aller 🤪 » (la pensée positive du jour).

C’est à ce moment-là de l’article qu’on ouvre les paris : arnaque ou pas arnaque 🤥 ?
Réponse un peu plus bas… patience pour voir si on est des pigeons ou non 🐦 !

Amarapura, Myanmar
Amarapura, Myanmar
Amarapura, Myanmar

On le suit donc et celui-ci nous explique la vie dans le monastère, nous parle du fondateur du lieu, des règles à suivre ici, des examens à passer pour les moines, etc. Il est marrant et nous fait des blagues et cherche aussi à apprendre des mots de français 🇫🇷, il en connaît déjà pas mal.

On retourne voir la procession des moines, c’est impressionnant 😲. On prend quelques photos qu’on essaie de faire rapidement/discrètement et malheureusement on se désole un peu de voir que certains ne se donnent pas cette peine 😔. Perche à selfie limite devant les moines, et photos à outrance 😡. Je me sens déjà assez mal d’avoir pris quelques photos car le mieux serait de ne pas en faire…

Une touriste repère que notre guide moine nous explique des choses et se joint à nous (pas folle la guêpe). Ce qui nous arrange bien car on espère qu’à la fin on ne sera pas les seuls à se faire avoir, si jamais on se fait avoir. Le moine poursuit la visite (c’est une longue visite dit donc quel dévouement !) et nous emmène voir la cuisine, car oui il faut bien nourrir tous les moines qui vivent là ! Les fours sont immenses, et les cuves à riz aussi, dingue.

Ben finalement... Mi-arnaque mi-pigeon !

Enfin notre sympatoche moine nous fait visiter deux lieux dans lesquels les touristes ne peuvent pénétrer (sauf bien sûr s’ils sont accompagnés de leur poto moine 😉) : la salle de méditation puis leur dortoir (la technique de je suis votre pote et vous êtes des VIP). C’est là que les plus jeunes moines dorment dans une grande salle à même le sol tandis que d’autres (les plus anciens ?) ont une petite minuscule chambre ; en fait quatre cloisons qui délimitent une zone de 4m2 à tout casser où il y a seulement une étagère avec pleins de livres 📚.

On entre donc dans la chambre grand luxe de notre poto (le piège se referme ?), on s’assoit face à lui pendant qu’il nous montre les fameux livres dont il nous a parlé lors de la visite (je ne sais plus leurs noms mais des livres importants 🤭).

Tout le monde est heureux, content, on se dit qu’il faut vraiment qu’on y aille car on est très en retard sur le timing (ouais on est des buisness men le temps c’est de l’argent 🤑), mais non pas si vite ! Vous avez cru qu’on ne se ferait pas avoir ? Bisounours que nous sommes 🐻. Notre moine pas si poto que ça nous explique qu’il souhaite partir au Sri Lanka pour continuer ses études dans le bouddhisme grâce à ses parents qui économisent et que si on le souhaite on peut faire une donation pour ses études et vas-y que je tartine le truc blablablabla. Classique 😬. On est tous les trois assis face à lui à moins de 20 cm, coincés dans cet espace de 4m2, et on se voit mal refuser d’autant qu’il a quand même pris le temps de nous faire une visite dynamique ponctuée de blagues, alors on se dit que ça mérite bien une petite donation 💰. On sort un billet de 5000 kyats, l’autre touriste aussi (cours de maths 📐 : 5000 kyats x 2 égal… 10000 bravo 👏🏼 !). En gros cela correspond en tout à une donation de 6,50€. Cela nous paraît pas si mal, mais alors qu’on lui tend nos billets, le moine gonflé nous annonce qu’il ne peut pas accepter un montant inférieur à 20000 kyats 😳 ! Mais c’est le monde à l’envers ! On hallucine et on lui dit que c’est pour lui, qu’on lui donne mais il refuse. 20000 kyats ou rien. Et ben mon p’tit père, ce sera rien pour ta pomme dans ce cas 😤. L’autre touriste est sur la même longueur d’ondes et on lui dit, un peu désolé mais outré à la fois, qu’on ne peut pas lui donner cette somme.

Le moine nous dit que ce n’est pas grave et on sort de la chambre, mais on sent qu’il fait un peu la gueule quand même 😐. Alors comme c’est l’heure de son dernier repas 🍜  je lui apprends  » bon appétit « . Content d’apprendre un nouveau mot en français, il retrouve le sourire et on part sur cette ultime échange un peu plus positif.

Toute la visite s’est bien passée et le moine était vraiment gentil et intéressant mais on garde une note amère en bouche, est-ce qu’il a fait ça uniquement pour avoir sa donation à la fin 💵 ? On ne saura jamais, ma foi.

Passage express à Sagaing et direction ava
Pas en avance sur notre planning on reprend le scoot direction la deuxième ville royale, Sagaing située sur la rive du fleuve l’Irrawaddy. Sagaing c’est plusieurs collines où il y a tout plein de pagodes, on décide d’en visiter une qui offre un beau point de vue. Après de nombreuses marches (on sent bien l’effort de Clem dans ce début de phrase), on accède à la pagode et à un beau panorama sur la rivière et la ville. Jojo décide de s’acheter un petit éléphant en jade 🐘 (oui oui on se convainc que c’est du vrai jade) car apparemment c’est la ville du jade.
Sagaing, Myanmar
Sagaing, Myanmar

On commence à avoir un peu faim 🤤 (comprendre « Clem est à l’article de la mort ») et on décide de s’arrêter manger à la troisième et dernière ville royale que l’on visitera : Ava ou Inwa. En fait c’est un petit village assez sympa qu’on a beaucoup aimé car on s’y balade en scooter dans la nature 🌴. Pas évident de trouver de quoi manger, du coup on s’arrête à un immense restaurant entièrement vide et un peu cher bordé d’une multitude de calèches qui attendent les touristes 🐴. Mais on ne croisera que très peu de touristes sur la route en comparaison à l’offre hallucinante de calèches.

Ava, Myanmar

 Nous n’avions repéré qu’un seul temple à visiter : en teck recouvert de pétrole. Sauf qu’à l’entrée il nous faut le pass qui permet de visiter les temples de la ville de Mandalay. Nous ne l’avons pas et si on veut entrer il nous faut acheter le pass entier, impossible de prendre un ticket à l’unité 😕. Vu le prix, nous n’hésitons pas une seule seconde : on se casse ! On prend toujours un malin plaisir à dire non, on s’en fout de ton temple on se barre avec notre scoot et toc 😏 ! Evidemment on ne jette pas ça à la face de la femme mais notre air désinvolte « no way » fait passer le message et c’est la tête haute qu’on s’en va vers notre bécane. Faut pas nous en vouloir, à force de se faire arnaquer et de passer pour des pigeons (après déjà 2 mois de voyage) on aime bien ce genre de mini victoire (qui en fait est une défaite vu qu’on n’a pas pu visiter le temple, mais bon).

En tout cas la balade jusqu’au temple est très belle, on passe dans des champs de bananiers, au milieu de rizières, et finalement on s’arrête pour voir un joli petit temple en ruine gratuit. C’est à ce moment-là qu’un petit garçonnet 👦 va tenter de vendre à Jojo un bracelet en jade (bon là c’est vraiment du faux jade hein…). Il est tenace et le suit partout, on lui en prend 2 car le prix est ridicule et le petit a une belle détermination (bien joué minot !). Ils sont trop beaux mais j’ai malheureusement perdu le mien à ce jour 😢 (et elle m’a piqué le mien du coup !).

Ava, Myanmar
Ava, Myanmar

Sur le retour nous croisons plusieurs chars à la queue leu leu tirés par des bœufs blancs qui ne ressemblent pas à ceux de chez nous 🤨. Ils sont richement parés ainsi que les chars. On pense qu’il s’agit d’un mariage car dans l’un des chars, le plus beau, il y a ce qui ressemble à un couple habillé en habit de cérémonie 👰. Or suite à une tentative de renseignement, ce serait plutôt une procession pour Bouddha. Quoiqu’il en soit ils ont de sacrées sonos à disposition, c’est la grosse fiesta 🎉 !

Ava, Myanmar
sur le pont d'avig... d'u-bein on y danse tous en rond !

Après la découverte d’Ava, on retourne fissa à Amarapura afin de se balader sous le coucher de soleil sur le très célèbre pont d’U-bein : le plus long pont en teck du monde 🌉 ! Je ne sais pas pourquoi mais d’après les photos que j’avais vues et ce que je m’imaginais, je pensais que l’on serait tranquille sur le pont, sur les berges avec relativement peu de monde pour observer la descente du soleil sur l’horizon ✨. Ben non évidemment t’as rêvé Gertrude 🤪 ! La masse de gens est incroyable, il faut faire la queue pour entrer sur le pont et ensuite marcher en file indienne, en tout cas au début du pont, car heureusement la plupart des touristes ne vont pas jusqu’au bout (les feignants !). Nous non plus d’ailleurs 🤭 car sinon on prend le risque de louper le soleil couchant.

U-Bein bridge, Myanmar
U-Bein bridge, Myanmar

Il y a en effet LE spot pour l’admirer, où l’on descend du pont près d’une eau stagnante qui pue comme les panards de Jojo 👣 (vous n’avez pas idée de l’odeur de ceux de Clem), ce qui permet d’avoir le pont en ligne de mire, eh oui sinon on voit le soleil qui se couche mais pas le pont, ce serait dommage. Alors après une petite balade on vient se caler, debout, et on essaie malgré le monde et les barques de touristes devant nous de profiter du spectacle. C’est évidemment très joli mais on est un peu déçu car on pensait être seuls au monde. C’est beau de rêver 🙄 !

U-Bein bridge, Myanmar
U-Bein bridge, Myanmar

Il est finalement temps de récupérer les scooters et de rentrer à Mandalay, on a pas mal de route, il commence à faire noir et pour couronner le tout il nous reste 1% de batterie 😱. On croise les doigts 🤞 pour que le téléphone tienne jusqu’au bout car il n’y a pas moyen qu’on s’y retrouve. Par un miracle inouï et grâce à une copilote hors pair qui maîtrise parfaitement l’utilisation restreinte du gps et le coup d’œil furtif sur le plan 😎 (tu veux une lettre de reco pour Sébastien Bol ?), nous arrivons dans Mandalay ! Un petit stop au KFC pour se remplir la panse : le poulet fait maison dans le burger est incroyablement bon, le meilleur poulet qu’on n’ait jamais mangé étrangement 🍗 (instant culture 💡 : au Myanmar on ne mange jamais de bœuf, ce dernier est considéré comme un compagnon de labeur !). Puis quelques centaines de mètres avant l’hôtel, on crève. On persiste (grâce à un pilote hors pair, Seb fait gaffe j’arrive 🏎) et on arrive à l’hôtel, on décide d’annoncer au gars qu’on a crevé juste avant d’arriver. Visiblement il s’en fiche, ouf 🤗.

Après cette grosse journée, on se couche car demain on prend le bus direction Kalaw pour notre trek !

Guesthouse 😴 :
Royal Yadanarbon Hotel : 2 dodos

Le 2 mars 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *